« Les souscripteurs de contrats Vie-Génération sont plutôt des clients existants »

Assurance-Vie Interview 0

Alain Burtin, directeur Marchés, Intelligence clients & Services d'Allianz France

Allianz

Le contrat «vie-génération », nouveau venu dans le paysage de l’assurance-vie présente-t-il, finalement, pour seul intérêt, l’abattement supplémentaire de 20% lors d’une transmission ?

C’est effectivement le principal avantage pour les clients. Il n’est pas négligeable, mais est soumis à conditions : l’investissement à 100% en unités de compte dont au moins 33% dans les PME-ETI, l’immobilier social et intermédiaire ou l’économie sociale et solidaire. Au final, il permet aux assurés basculant vers ce contrat Vie-Génération, de conserver  un cadre fiscal aussi avantageux qu’il l’était avant la dernière réforme alourdissant à compter de juillet 2014 la fiscalité lors d’une transmission.  Il conserve l’objectif de valorisation de l’épargne de l’Assurance-Vie, celui de  la transmission à héritiers, et doit aussi, ne l’oublions pas, bénéficier au tissu économique local.

L’avantage fiscal de 20% peut paraitre un peu maigre par rapport à la prise de risque que constitue notamment l’investissement dans le non côté...

Il est effectivement difficile de conseiller un produit qui a certes une fiscalité avantageuse, mais qui est soumis à un aléa fort sur la somme à transmettre. Cela nous a conduit à ajouter une garantie viagère en cas de décès moyennant un coût, en l’occurrence moins de 1%. L’option garantit que quelle que soit l’évolution des marchés financiers, le capital transmis sera au minimum égal à 90 % des versements nets. De cette façon, l’assuré acceptera mieux la possibilité d’une perte potentielle, tout en sécurisant son objectif de transmission.

Le fait d’ajouter,  à ce produit, cette garantie complémentaire optionnelle en cas de décès, ne pointe-t-il pas du doigt une faiblesse du Vie-Génération ?

Le produit nu, copié-collé de la loi, propose effectivement une partie spéculative à la hausse, mais aucune protection à la baisse. La loi n’est toutefois pas là pour faire notre métier d’assureur ! Nous avons donc décidé de profiter des avantages de la loi, tout en modulant le risque, avec l’ajout de cette garantie viagère, de façon à ce que le produit corresponde à une vraie réponse au besoin de transmission de capital des assurés.

Quels sont les actifs éligibles permettant de bénéficier de cet abattement de 20% au sein du support assurance-vie ?

Trois types de fonds entrent dans la poche de 33% du capital investi sur des supports spécifiques tels qu’exigés par la réglementation: tout d’abord des fonds PME/ETI qui existent déjà, avec une large gamme, déjà identifiée (mêmes supports que pour le PEA-PME). Ensuite, l’immobilier social et l’économie sociale et solidaire, sur lequel nous n’investissons pas à ce stade, en attendant la constitution de fonds dédiés et enfin, les FCPI et FCPR qui ne nous donnent pas un horizon de temps adéquat pour les inclure au sein des actifs composant la poche de 33%. Au final, la seule partie PME/ETI nous semble suffisante et adaptée.

Le fait que les fonds en euros ne soient pas éligibles au sein du « Vie-Génération » ne constitue-t-il pas une faiblesse ?

La profession aurait sans doute préféré une éligibilité des fonds en euros. Mais un gros épargnant aura forcément des fonds euros ou un équivalent de fonds euros et restera taxé en conséquence. S’il veut une taxation plus favorable, il optera alors vers le contrat Vie-Génération pour une partie de son épargne.

Incitez-vous vos clients détenteurs de contrats à basculer vers un génération-vie comme ils en ont la possibilité jusqu’à fin 2015 ?

Nos clients ont été sensibilisés à la nouvelle problématique liée à l’assurance-vie par le battage médiatique qu’a occasionné l’alourdissement de sa fiscalité. Le « Vie-Génération » étant le pendant de cet alourdissement, beaucoup de nos clients se tournent vers ce dernier.  Le produit ayant été lancé début juillet et nécessitant un vrai conseil,  le nombre de clients est encore faible à ce stade, mais pas les montants!

Allianz est le premier assureur à proposer un contrat dédié « Vie-Génération », attirez-vous de nouveaux clients ?

Les souscripteurs sont plutôt des clients existants, mais apportant de nouvelles primes. Pour Allianz, il s’agit de collecte nouvelle qui n’aurait pas été réalisée sans ce produit-là.  Au final, ils ont pris conscience de l’intérêt d’un produit combinant un avantage fiscal, une garantie viagère et du conseil de la part de nos conseillers et de nos gérants. Ce triptyque cohérent répondant aux objectifs de l’Etat et aux finalités des contrats d’assurance-vie.

Commentaires
Epargne
Actu0

ETF sur le Bitcoin, un bon point d’entrée désormais ?

Si la valeur du Bitcoin se situe actuellement 57% sous ses plus hauts, en toute logique, les épargnants ayant investi dans des ETF sur le Bitcoin n’ont pas été épargnés. L’occasion peut-être de s’exposer aujourd’hui à la thématique crypto…

Lire la suite