Placements : l’importance du TRI

Tendance Fiche Pratique 0

Le taux de rentabilité interne correspond à la performance réelle d’un placement. Décryptage d’une notion souvent mal maîtrisée par les épargnants

Reuters

TRI. Ces trois lettres sont souvent capitales pour les entreprises. Le taux de rentabilité interne est en effet un indicateur privilégié pour évaluer la pertinence financière d’un projet d’investissement. Mais il peut avoir également une utilité pour les épargnants.

Qu’est-ce que le TRI ?

Techniquement, le TRI est le taux d’actualisation qui permet d’annuler une série de flux financiers. Imaginons, un épargnant plaçant 1.000 euros à 10% sur 2 ans. Il va décaisser 1.000 euros en année 0 (soit un flux de -1.000), encaisser 100 euros d’intérêts en année 1 (+100) puis 1.100 euros en année 2 entre les intérêts et le remboursement du capital (+1.100). Le TRI est donc le taux qui va permettre de ramener à l’équilibre l’équation entre les sorties (-1.000) et les rentrées (+100 et +1.100).

Au-delà de cette définition et d’une formule de calcul complexe, le TRI correspond donc au véritable rendement d’un placement puisqu’il s’intéresse aux flux de trésorerie induits en tenant compte de la valeur temps.

Le temps, un critère essentiel

On a coutume de dire que « le temps, c’est de l’argent ». Le TRI illustre parfaitement ce principe puisqu’il montre que deux placements au même taux nominal ne génèrent pas la même performance si leurs calendriers de remboursement diffèrent.

Reprenons notre exemple d’un placement de 1.000 euros à 10%, cette fois sur 10 ans. Dans la première hypothèse, les intérêts sont payés chaque année. Ainsi, l’épargnant reçoit 100 euros par an et il est remboursé de son capital en année 10 (voir tableau). Ce placement a un TRI de 10%.

Regardons maintenant une seconde hypothèse, celle d’un paiement total de l’investisseur à la fin. L’investisseur touche alors 2.000 euros la dernière année (1.000 euros d’intérêts et 1.000 euros de capital).

Comptablement, les gains sont les mêmes : 1.000 euros dans les deux cas. Pourtant, le second placement ne fait ressortir que 7,18% de TRI. De fait, il est moins rentable de percevoir ses intérêts à la fin, ces derniers ne pouvant alors pas être réinvestis au fil du temps.

Autrement dit, le TRI apporte une traduction mathématique à un principe de bon sens selon lequel il vaut mieux recevoir 100 euros immédiatement plutôt que dans un an ou deux…

Comparaison des flux de deux placements de 1.000 euros à 10% sur 10 ans
L'Argent & Vous
Paiement des intérêts chaque annéePaiement des intérêts en une fois à la fin
Année 0-1.000-1.000
Année 1+1000
Année 2+1000
Année 3+1000
Année 4+1000
Année 5+1000
Année 6+1000
Année 7+1000
Année 8+1000
Année 9+1000
Année 10+1.100+2.000
TRI10%7,18%

Comment calculer un TRI ?

Il est possible de déterminer aisément un TRI à l’aide d’une calculatrice financière ou d’un tableur (une fonction automatique est prévue). Il suffit simplement de déterminer les flux réalisés ou prévu, comme cela a été fait dans le tableau de notre exemple ci-dessus.

La seule contrainte est de bien penser à distinguer les flux positifs (encaissements) et les flux négatifs (décaissements).

Pourquoi utiliser le TRI ?

Le TRI a un gros avantage : il permet de comparer la rentabilité de placements dont les montants et les rythmes de remboursement ne sont pas les mêmes.

Il peut être appliqué à des placements financiers. Mais il s’avère aussi très utile pour évaluer un placement immobilier, en intégrant le prix d’achat, le prix espéré à la sortie ainsi que tous les flux intermédiaires constitués par les loyers, les remboursements d’emprunts, voire un avantage fiscal.

Commentaires
Epargne
Analyse0

Epargne retraite : un amendement inutile ?

Les députés ont adopté un dispositif prenant en compte les versements effectués en 2018. Néanmoins, il ne résout en rien le problème posé par l’arrivée du prélèvement à la source en 2019.

Lire la suite
Epargne
Fiche Pratique0

Fonds en euros ou UC : à chacun sa fiscalité !

Bien que soumis aux mêmes taux, ces deux supports d’assurance-vie ne sont pas taxés exactement de la même manière. D’où des performances différentes à l’arrivée.

Lire la suite