Introductions en Bourse : Où va l’argent des investisseurs ?

Alternatives Fiche Pratique 0

Lorsqu’une société se présente sur le marché, elle peut émettre des titres nouveaux pour financer ses projets ou céder des titres existants au profit d’actionnaires souhaitant sortir. Explications…

Reuters

Pour une entreprise, l’introduction en Bourse est souvent vue comme un aboutissement, notamment lorsqu’il s’agit de PME en développement. De fait, outre l’éventuel renfort financier qu’elle peut apporter, l’opération a aussi un impact en termes de notoriété.

Précisons également qu’on parle d’introduction en Bourse ou d’IPO (initial public offering) quand l’entreprise en question n’est pas encore cotée. On ne classe donc pas dans cette catégorie les augmentations de capital d’entreprises déjà présentes en Bourse.

En tout cas, nombre de particuliers se demandent certainement où va exactement l’argent investi au travers d’une introduction en Bourse. Pour répondre, il convient de distinguer les deux types de titres proposés.

Marché primaire

En matière d’actions, le marché primaire peut être assimilé au « marché du neuf ». On parle de marché primaire lorsque sont vendus des titres émis par l’entreprise, c’est-à-dire des titres nouveaux.

Ces titres vendus sur le marché primaire viennent renforcer les comptes de l’entreprise puisque c’est elle qui vend les titres. En souscrivant à l’émission, l’épargnant soutient directement les projets de l’entreprise (acquisitions, recrutements, croissance interne…)

Marché secondaire

A côté de ce « marché du neuf » existe aussi un « marché de l’occasion », appelé marché secondaire. Ici, l’investisseur acquiert des actions vendues par un autre actionnaire déjà présent au capital. On parle alors de reclassement de titres.

Quels que soient le cours de l’action et le montant de la transaction, l’entreprise n’en retire aucun bénéfice financier. L’argent versé par l’acquéreur va directement dans la poche de l’actionnaire qui vend. C’est par exemple le cas quand l’Etat profite d’une introduction pour privatiser une société en cédant les actions qu’il détient.

Un mix envisageable

Souvent, les introductions en Bourse se font à la fois sur le marché primaire et le marché secondaire. Concrètement, l’entreprise émet des actions nouvelles pour financer son développement et en parallèle, des actionnaires historiques en profitent pour céder des titres et réaliser une partie de leur plus-value.

Un marché secondaire lui aussi utile

A la lecture de ces lignes, le reclassement de titres sur le marché secondaire pourrait être vu comme une opération sans intérêt pour l’entreprise.

En réalité, même s’il ne profite pas directement aux comptes de l’entreprise, le marché secondaire a une véritable utilité.

La liquidité d’un titre (c’est-à-dire sa facilité de revente) est une condition essentielle pour réussir une émission d’actions. Cette liquidité étant assurée par l’activité sur le marché secondaire, le fait d’acheter des titres d’occasion en Bourse renforce donc les chances de succès des émissions futures de la société.

De la même façon, un titre très demandé en secondaire va voir son cours monter. Or, un cours élevé peut faciliter un projet d’augmentation de capital dans la mesure où pour un montant donné, il va limiter le nombre de titres à émettre et partant la dilution des actionnaires en place.

Commentaires
Epargne
Fiche Pratique0

Décryptage : l’augmentation de capital avec DPS

Le mécanisme des levées de fonds avec droit préférentiel de souscription peut dérouter les non-spécialistes. Tour d’horizon de ce qu’il faut savoir pour analyser ces opérations…

Lire la suite