Chaînes de Ponzi : ne vous laissez pas piéger !

Tendance Fiche Pratique 0

Aussi connue sous le nom de fraude pyramidale, ce type d’arnaque bien connu fait régulièrement des victimes. Voici quelques conseils pour rester vigilant.

Reuters

Si certains laissent leur nom dans l’histoire pour leur bravoure, Charles Ponzi (ou Carlo Ponzi) est de son côté resté célèbre pour une escroquerie. La chaîne de Ponzi, également appelée fraude pyramidale, doit en effet son nom à cet Italien parti pour l’Amérique au début du XXème siècle.

Un fonctionnement d’une grande simplicité

Le principe est aisé à comprendre. L’initiateur de la chaîne promet un rendement hors norme à l’épargnant en lui expliquant avoir trouvé un placement juteux. Par exemple, en supposant une promesse de retour de +100%, l’épargnant investissant 100 euros espère obtenir 200 euros à la sortie. Pour le satisfaire, l’organisateur de la fraude trouve 2 autres épargnants misant 100 euros chacun. Il faut donc à chaque fois recruter de nouveaux investisseurs pour payer les précédents.

Ce château de cartes peut tenir plusieurs mois, voire plusieurs années, sans être détecté. Les premiers arrivés étant généralement remboursés, ils sont de surcroît susceptibles de faire la promotion du système et d’encourager de nouvelles recrues. Mais le nombre d’investisseurs devant à chaque fois croître de manière exponentielle, il arrive un moment où la chaîne ne peut plus trouver assez de monde... et s’écroule. Il n’y a alors plus d’argent dans les caisses pour rembourser les derniers investisseurs arrivés.

De Stavisky à Madoff

Les fraudes pyramidales ont été nombreuses et ont eu un retentissement spectaculaire durant l’entre-deux guerres. Outre le scandale Ponzi qui a éclaté en 1920 aux Etats-Unis, on peut également citer l’affaire Stavisky en France dans les années 1930.

Mais il serait trompeur de penser que ces fraudes appartiennent au passé. Régulièrement des chaînes de Ponzi refont surface. En 2015, c’est l’affaire Get Easy qui a fait les gros titres, avec quelques 300.000 épargnants lésés dans le monde. Actuellement, se tient également le procès Sylvie Hamon, accusé d'avoir escroqué 50 victimes pour un préjudice de 3 millions d'euros. La presse l'a surnommée la "Madoff de Touraine".

Dans un passé récent, c’est en effet l’affaire Madoff qui a constitué l’exemple le plus spectaculaire de chaîne de Ponzi. Révélée en 2008, elle a prouvé que même des institutions du monde de la finance pouvaient se laisser abuser.

Vigilance et raison sont les meilleures défenses

Mieux vaut donc se montrer prudent en matière de placements. Et s’il est a priori impossible de s’assurer à 100% de la fiabilité de sa contrepartie, quelques précautions peuvent néanmoins permettre de déceler les ficelles les plus grossières.

A plusieurs reprises, l’AMF a d’ailleurs appelé les épargnants à la raison face aux promesses de certaines structures.

Vérifier la qualité du prestataire

Pour opérer en France, les intermédiaires proposant des placements doivent avoir une autorisation. Or, les registres peuvent être aisément consultés en ligne. Un épargnant peut donc vérifier si son interlocuteur est agréé, par exemple en tant que prestataire de services d’investissement, en tant que conseiller en investissement financier ou en tant que conseiller en investissement participatif.

Comprendre ce que l’on achète

Par ailleurs, il est recommandé de rechercher le maximum d’informations sur le fonctionnement du produit proposé (typologie, modalités de sortie, méthode de valorisation...) et sur le fournisseur (domiciliation, statut, réputation...). Mieux vaut donc s’abstenir si on ne comprend pas le fonctionnement du placement suggéré (en particulier la manière dont est généré le rendement). Notons aussi qu’une forte incitation aux parrainages peut dissimuler une chaîne de Ponzi.

Attention aux rendements extravagants

Pas de rendement élevé, sans risque élevé. Les investisseurs devraient toujours avoir en tête ce principe. Certes, un taux important ne dissimule pas forcément une arnaque, mais il ne peut pas être obtenu sans prise de risque (surtout en période de rendements sécurisés proches de 0). En tout cas, lorsque la performance promise devient vraiment spectaculaire, mieux vaut garder la tête froide car l’escroquerie n’est peut-être pas loin.

Gare aux performances linéaires

Rappelons enfin que si une promesse de rendement élevé peut paraître suspecte, l’historique de performances peut aussi donner des indices. De fait, même les placements les plus rentables connaissent des années creuses.

Attention donc si on vous propose un investissement en vantant son rendement important et régulier au cours des années passées…. comme le faisait Bernard Madoff.

Commentaires
Epargne
Actu0

De nouvelles pistes pour investir dans l’immobilier sans IFI

Spécialisée dans la transformation d’actifs urbains obsolètes telles que des friches industrielles ou d’anciens immeubles de bureaux, Novaxia propose des fonds destinés à la valorisation d’actifs immobiliers qui ne sont pas imposés à l’IFI.

Lire la suite