Dossier SCPI : un placement défensif qui rapporte !

SCPI : en 2020, l’immobilier régional aura profité à Norma Capital et Atland Voisin

Alternatives Analyse 0

Au-dessus de 6% pour Norma Capital, un peu plus modestes chez Atland Voisin, les rendements des SCPI des deux sociétés de gestion ont été préservés grâce à une exposition notoire aux actifs des grandes métropoles régionales.

Après Corum Origin et Néo, Vendôme Régions est la troisième SCPI du marché à afficher un taux de distribution sur valeur de marché supérieur à 6% sur son exercice 2020. Affichant une rentabilité de 6,02% (après 6,1% en 2019), la SCPI diversifiée de Norma Capital a su tirer son épingle du jeu à la faveur d’une diversification tant sectorielle que géographique de ses actifs.

Spécialisé dans les actifs des grandes métropoles françaises, le fonds était constitué au 31 décembre 2020 de 67% de bureaux, 18% de commerces et 14% de locaux d’activités et d’entrepôts, actifs situés pour plus de près de 90% en dehors de la région parisienne.

Face à la crise sanitaire, « Norma Capital a poursuivi la stratégie de diversification du parc immobilier de Vendôme Régions en acquérant des locaux d’activités et entrepôts logistiques. Ce secteur a connu un accroissement de son attractivité eu égard au contexte sanitaire », explique Faïz Hebbadj, président de la société de gestion.

Label ISR

L’autre SCPI de Norma Capital, Fair Invest, a également tenu le choc de la Covid-19, avec une rentabilité de 4,51%, en progression de 0,16 point par rapport à 2019, portée par le secteur de la santé. Lancé en 2018 et de taille beaucoup plus modeste (sept biens), ce support mise sur une stratégie différenciante d’investissement durable.

Labellisé ISR, Fair Invest applique des critères ESG pour la composition de son portefeuille : ses investissements sont orientés en priorité dans des locaux à utilité sociale (santé, éducation, énergies renouvelables), et comprennent un engagement de réduction des consommations énergétiques des bâtiments.

Rendements en baisse pour Atland Voisin

Publiés également ces derniers jours, les rendements des SCPI d’Atland Voisin, acteur majeur du marché, ont marqué davantage le pas, mais restent aussi bien au-dessus de la moyenne des performances attendue en 2020, à 4,2% (France SCPI).

Le véhicule-phare de la société de gestion, Epargne Pierre (dans le top 10 des capitalisations avec 1.361 M€ d’encours), a distribué 5,36% de TDVM, en baisse de près de 0,5 point par rapport à 2019.

Très diversifiée, Epargne Pierre compte une majorité d’actifs de bureaux (64%) ainsi qu’une part non négligeable de locaux commerciaux (28,6%) qui a pesé sur sa performance. Atland Voisin explique que « les confinements ont eu un impact sur les revenus locatifs et donc sur les dividendes, en raison des négociations menées au cas par cas avec certains commerçants frappés par la fermeture administrative. Sur Épargne Pierre, cet impact est d'environ 40 points de base à la baisse par rapport aux projections établies début 2020 pré-COVID-19, soit un impact de 6,8% ».

Durant cette année de crise, la gestion de ses quelque 220 immeubles est restée dynamique (476 M€ d’investissement) malgré une collecte en décrochage de près de 130 millions d’euros par rapport à 2019 (359 M€).

Résilience des bureaux en région

Autre SCPI du groupe, Immo Placement, spécialisée dans les actifs en région avec une majorité de bureaux, sert un rendement quasi-stable à 5,50% après 5,51% en 2019, avec un dividende de 48€ (comprenant un ajustement de 0,36€ issu du report à nouveau).

Enfin, Foncière Rémusat, sa SCPI de commerces, a été logiquement plus impactée par la crise sanitaire, avec une performance tombée à 4,4% après 5,31% en 2019.

Norma Capital, et dans une moindre mesure Atland Voisin, ont su préserver la performance de leurs SCPI grâce à la diversification sectorielle de leurs portefeuilles, c’est certain, mais aussi en raison d’une forte présence dans les grandes métropoles régionales.

Globalement, et malgré des semaines de confinement, les actifs de bureaux en région n’ont pas enregistré l’onde de choc attendue par une partie des spécialistes. « Sur les marchés en immobilier d'entreprise, où la demande locative va s'inscrire en baisse, la plupart des métropoles étaient en situation de sous-offre avant la crise : cela constitue autant de facteurs locaux de résistance », note-t-on chez Atland Voisin. Beaucoup plus abordables qu’en région parisienne, les loyers ont aussi été moins difficiles à supporter pour les occupants.

Commercialisation

Dans ce contexte de crise inédite, les stratégies d’investissement 2021 des deux sociétés sont aussi relativement similaires : chez Norma Capital comme chez Atland Voisin, l'accent sera porté sur la diversification sectorielle, la thématique ESG, la sélectivité et le suivi des locataires, mais aussi sur une commercialisation plus agressive de leurs supports : Atland Voisin va ouvrir graduellement Epargne Pierre à l’assurance vie, tandis que Norma Capital distribuera ses deux SCPI par voie digitale, sur des plateformes telles que Homunity Patrimoine.

Commentaires