Dossier Livret A : le produit star des Français

La baisse du taux du Livret A remet en avant le PEL

Livrets Analyse 0

Le PEL offre aujourd'hui 2,11% nets de prélèvements

Reuters

Avec la baisse des taux de prêts immobiliers, le Plan épargne logement (PEL) a peu à peu perdu de son intérêt premier : emprunter dans des conditions avantageuses. De 2005 à 2008, les encours ont d'ailleurs fondu de 25% !...

Toutefois les épargnants ont trouvé une autre utilité à ce produit qui s'est progressivement transformé en produit d'épargne "classique". Cela s'est d'ailleurs traduit par une remontée des encours de 12% depuis les points bas d'il y a quatre ans.

Un taux net de 2,11%

Dans une période de taux bas, les vieux contrats aux rendements élevés peuvent en effet apparaître intéressants, même s'ils sont désormais fiscalisés.

Quant aux PEL ouverts depuis une dizaine d'années, leur rémunération est certes peu spectaculaire, avec un taux de 2,5%. Il n'empêche que cette rémunération est exonérée d'impôts sur les douze premières années du contrat. Dans cet intervalle, seuls sont dus les prélèvements sociaux (15,5% actuellement). En d'autres termes, un PEL offre aujourd'hui 2,11% net. Une prime d'état peut s'y ajouter. Mais tous les titulaires ne peuvent en profiter puisqu'elle est conditionnée à la réalisation d'un emprunt d'au moins 5.000 euros au travers du PEL.

Jusqu'à une période récente, ces 2,11% pouvaient paraître peu, comparés à un Livret A ou un LDD offrant 2,25% nets et autant de sécurité sur le capital. Ces derniers ont eu d'autant plus d'arguments que leurs plafonds ont été relevés, à respectivement 22.950 et 12.000 euros.

L'arbitrage en question

En revanche depuis février, les livrets préférés des Français rapportent moins. Or à 1,75% leur rémunération est désormais inférieure à ce que propose un PEL en net. La question d'un arbitrage peut donc se poser.

Ceux qui ont déjà un PEL peuvent effectivement avoir actuellement intérêt à le remplir un peu plus. Ce n'est pas une option insensée, confirme un professionnel du patrimoine. Cela peut s'avérer d'autant plus vrai si le contrat est ancien et confortablement rémunéré (attention toutefois à l'impact de l'imposition des intérêts au-delà de douze ans).

Ceux qui n'ont pas encore de PEL et réfléchissent à en ouvrir un, pourront actuellement gagner 0,36% de rémunération nette sans prendre plus de risque et auront la possibilité de placer jusqu'à 61.200 euros.

Des contraintes spécifiques

Il convient toutefois d'intégrer qu'un PEL n'offre pas la même souplesse qu'un livret. Les versements annuels doivent être d'au moins 540 euros et le dépôt initial de 225 euros. Par ailleurs, il est important de garder à l'esprit qu'un PEL engage sur la durée. Si les retraits effectués dans les 4 premières années entraînent la perte des droits à prêt et de la prime éventuelle, une clôture dans les 2 premières années amène surtout à recalculer les intérêts au taux du CEL (1,25%).

Enfin, le taux du PEL ne dépend pas des mêmes critères. Il est étroitement lié aux taux de marché (avec un plancher de 2,5%) et fixé pour la durée du contrat. Celui du Livret A peut fluctuer pendant la période de dépôt, notamment au gré de l'inflation. Au fil du temps, un PEL peut donc rapporter plus... ou moins qu'un Livret A, selon le niveau des taux et de l'inflation.

Commentaires (2)
  • Suetone
    Suetoneposté le 15.02.2013 à 12:15

    Le mien, ouvert début 2003, me procure du 3,27%, soit 2 500 € par an. Je trouve que ce n'est pas si mal si l'on compare à ce fameux Livret A.

  • Bear
    Bearposté le 15.02.2013 à 11:57

    Mouais...

Epargne
Fiche Pratique0

Assurance-vie : quid en cas de divorce ?

Selon la manière dont a été alimenté le contrat, le divorce peut conduire à un partage de sa valeur même s’il a été ouvert par un seul des deux conjoints

Lire la suite