Dossier Crise sanitaire : quelles conséquences sur vos placements ?

Coronavirus : les Français se ruent sur les actions !

Tendance Actu 0

Pas moins de 150.000 nouveaux investisseurs, plus jeunes que les clients habituels, sont apparus en mars alors que la crise du Covid-19 débutait en France.

Reuters

La crise du coronavirus a poussé les Français à investir en Bourse, y compris ceux qui a priori n’y vont pas habituellement. Les achats d’actions par les particuliers ont été multipliés par trois au mois de mars, selon l’Autorité des marchés financiers (AMF), alors que la crise débutait en France. Parmi les acheteurs d’actions de cette période, « une part significative sont des nouveaux clients ou des clients très peu actifs sur une période récente », note le gendarme de la Bourse, sur la base des déclarations de transactions MIF2 effectuées par les prestataires de services d’investissement français.

Ainsi, sur 580.000 acheteurs d’actions du SBF 120 entre le 24 février et le 3 avril dernier, plus de 150.000 nouveaux investisseurs ont fait leur apparition sur le marché. Présents majoritairement entre le 9 et le 27 mars, ils ont représenté 27% des particuliers acheteurs d’actions, et jusqu’à 20% des montants investis en actions par des particuliers.

3,5 milliards d'euros investis en 5 semaines

Alors que la tendance en 2019 était au désinvestissement, à un rythme de -115 millions d’euros par semaine en moyenne (soit 5,9 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année), en 5 semaines pendant les semaines 10 à 14 de 2020, un solde positif de l’ordre de 3,5 milliards d’euros a été investi par des particuliers dans les actions du SBF120. Dans des volumes globaux sur Euronext Paris multipliés par 3 par rapport à une moyenne 2019, les achats des particuliers ont été multipliés par 4, selon l'AMF. Ces nouveaux clients, plus jeunes - en moyenne entre 10 et 15 ans de moins que les investisseurs habituels sur actions françaises - ont aussi investi des montants plus réduits. Les médianes hebdomadaires pour les clients entre 35 et 50 ans sont proches de 2 000 euros alors qu’elles sont de l’ordre de 3 000 euros pour les 50 ans et plus.

Une tendance que confirme la plateforme Alpheys, qui note depuis le confinement de plus en plus d'ouvertures de comptes-titres et de PEA sur son offre digitale. « Les volumes quotidiens ont été multipliés par 2 à 3 selon les jours de bourse, tandis que les transferts entrants sont en forte hausse, notamment sur les PEA », selon la plateforme.

90% des positions à l'achat conservées

Tous investisseurs confondus, le nombre moyen de titres détenus par une personne est de 3,5 (3,8 pour les investisseurs historiques. « S’il est trop tôt pour parler d’investissement de long terme, il est notable que 90% des positions prises à l’achat avaient été conservées à la fin des 6 semaines de crise observées, seules 10% ayant fait l’objet d’allers-retours opportunistes ou de réallocation d’actifs », observe l’AMF. « La volatilité devient une véritable aubaine car elle représente des opportunités d'investissement. 60% des ordres orientés à l'achat ont été enregistrés sur la plateforme depuis le début de l'année et nous sommes à plus de 50% de produits structurés (en volume) enregistrés par rapport à 2019 », indique Sisouphan Tran, directeur général délégué d'Alpheys.

Commentaires (8)
  • comtezer0
    comtezer0posté le 04.05.2020 à 14:11

    150 000 gogos.

  • readycash
    readycashposté le 03.05.2020 à 18:57

    Et une indemnités pendant que tu y es ?

  • pdenis5
    pdenis5posté le 03.05.2020 à 09:59

    surtout pour favoriser l'invest. populaire sur les actions,supprimer toute fiscalité sur les pv et div.

  • readycash
    readycashposté le 03.05.2020 à 09:08

    J'ai vu des personnes sûr de leurs placements actions ………..perdre jusqu'à 6 chiffres ! il y a des manœuvres sur les titres que seules les pertes peuvent apprendre .

  • Nikola S.
    Nikola S.posté le 29.04.2020 à 04:45

    j'ai profité de la crise pour ouvrir un compte titre et enseigné quelques rudiments de la bourse à mon fils de 17 ans. Il est accro et saura en profiter dans le futur. Quant à ma fille de 20 ans, elle a un compte depuis 2 ans et de délecte des ses plus values sur Poxel et Biosynex. Elle commence à aimer cela aussi. Si je ne fait pas cet eneignement, qui le fera?

  • matafs
    matafsposté le 04.05.2020 à 13:56

    doit moins apprécier ce matin avec les annonces a la Noix de HAS et le gouvernement contre le contrôle séro en entreprises et le met en place au Sénat.
    De plus la porte ouverte aux labos américains prêt a inonder le marché .

  • Michel First
    Michel Firstposté le 28.04.2020 à 19:48

    Et si les marchés étaient enseignés à l’école ,il y aurait moins de misère.
    Regardez les protestants saxons des pays nordiques,nous les français catho-coco ,2 handicaps nous collant aux basques relatif à l'argent.
    Souvent ce sont les plus pauvres qui donnent le plus,ne vaudrait il pas mieux qu'un maximum de gens s'enrichissent pour redistribuer.Mais apprendre la finance c'est du travail,la maîtriser aussi,et tout travail mérite salaire mais les remunerations en finances sont exagérés.Et c'est peut-être là qu'il faudrait que Davos planche,la limitation dans les banques d'affaire.

  • john-mev
    john-mevposté le 28.04.2020 à 15:18

    Une bonne nouvelle. C'est mieux que de voir ces actions aux mains des fonds de pension étrangers.