Septembre, le mois où les Français piochent dans leur épargne

Tendance Analyse 0

Les données historiques des livrets et de l’assurance-vie montrent que septembre est le seul mois où les épargnants ne mettent jamais d’argent de côté. Détails…

Reuters

Les flux d’épargne sont généralement très irréguliers. Ils peuvent varier fortement d’une année à l’autre ou d’un support à l’autre en fonction de la conjoncture. Ceci étant, les chiffres des dernières années font apparaître une constante : le mois de septembre n’est guère propice à l’épargne.

202,5 milliards d’euros épargnés en 8 ans

Pour arriver à ce constat, L’Argent & Vous a analysé les flux du Livret A, du LDDS et de l’assurance-vie de 2011 à 2018, ces trois supports captant l’essentiel de l’épargne en France.

Sur les 8 années écoulées, ils ont attiré 202,5 milliards d’euros d’argent frais (net des retraits). Certains mois se révèlent historiquement favorables à l’épargne, comme janvier et avril. Ils n’ont jamais connu de décollecte depuis 2011 et ont apporté respectivement 21% et 14% à la collecte globale.

Une décollecte chronique en septembre

Le mois de septembre affiche en revanche des résultats bien différents. Il n’a jamais enregistré de flux positifs de 2011 à 2018. Il est même le seul mois de l’année dans ce cas (voir tableau). Au total, près de 7 milliards d’euros ont été retiré du Livret A, du LDDS et de l’assurance-vie au cours des mois de septembre des 8 dernières années.

2018 a certes été moins catastrophique sur ce plan que les années précédentes. L'assurance-vie a même collecté 800 millions d'euros. Mais cela n'a pas suffi à compenser les 820 millions d'euros retirés des Livrets A et LDD.

Impôts et rentrée scolaire

Cette tendance à piocher dans les bas de laine en septembre peut aisément s’expliquer. Entre les échéances fiscales et la rentrée scolaire, les Français ont toujours fait face à de lourdes dépenses. Certes, d’autres mois imposent aussi de grosses sorties de trésorerie. C'est le cas de décembre avec Noël. Jusqu'à l'an passé, le deuxième tiers de l'IR a aussi pesé sur l'épargne en mai. Mais les salariés ont généralement pu compenser ces charges par des rentrées exceptionnelles concomitantes (13ème mois, participation-intéressement). En revanche, en septembre, les compensations sont rares et les budgets ont déjà été asséchés par les congés d’été.

Et en 2019?

Reste à savoir si 2019 marquera une inflexion. Le prélèvement à la source a en effet pour conséquence de lisser la charge d'impôt sur l'année, évitant aux ménages autrefois au tiers de subir de lourds décaissements au printemps et en septembre. Un changement qui pourrait bien permettre au mois de septembre d'afficher cette fois une collecte positive.

Flux d'épargne par mois de 2011 à 2018
Données pour le Livret A, le LDDS et l'assurance-vie, L'Argent & Vous d'après FFA et CDC
En Mds €
Janvier44,14
Février22,36
Mars21,55
Avril27,40
Mai9,17
Juin9,96
Juillet27,48
Août16,36
Septembre-6,97
Octobre15,69
Novembre6,24
Décembre9,12
TOTAL202,5
Commentaires (1)
  • endiendo
    endiendoposté le 05.09.2019 à 12:56

    logique.
    y a plus de sous après les vacances, faut payer la rentrée des enfants, faut préparer la taxe foncière et taxe d'habitation, puis rattrapage éventuel pour les impôts... puis dépenses de Noêl..
    L'automne n'est pas une bonne période pour les finances.