SCPI : les rendements attendus en baisse cette année

Alternatives Analyse 0

Après un bon cru 2019, la performance des SCPI devrait marquer le pas en 2020 à cause de la crise du coronavirus, mais pas chuter, selon les prévisions de Linxea.

PCA-STREAM / Philippe Chiambaretta

Les SCPI seront impactées par la crise, mais dans quelle mesure ? Les entreprises étant frappées de plein fouet, certaines sociétés qui les hébergent pourraient être menacées, entre mesures d'accompagnement et reports de loyers. Mais s’il convient à ce stade de « rester extrêmement prudent », les analyses se veulent « rassurantes », selon l’observatoire des SCPI de Linxea : locataires globalement solides et réserves importantes devraient permettre de soutenir un rendement temporairement chahuté au cours du 2ème et 3ème trimestre 2020, tandis que « des réserves de plus-values qui n’ont pas été répercutées sur le prix de souscription permettent de constituer un matelas de sécurité en cas de baisse de la valeur de leur patrimoine immobilier », analyse la plateforme d'épargne en ligne.

Un rendement moyen attendu autour de 4 %

Après une collecte record de 8,6 milliards d’euros en 2019 et un rendement moyen de 4,4 % l’an passé, ce dernier est attendu en repli cette année. Les rendements prévisionnels pour 2020 montrent, sur l'intégralité des sociétés de gestion qui se sont essayées à annoncer un taux de distribution pour leurs SCPI, « une baisse contenue inférieure à 10% (9,44 %) » signifiant que le taux de rendement des SCPI en 2020 pourrait s'établir à 3,98% contre 4,4% en 2019, selon Linxea. Un repli mesuré, qui montre que si les SCPI arrivent à maintenir un rendement autour de 4 % en 2020, « elles pourraient même sortir renforcées de cette épreuve inédite, en cette année qui marque leurs 50 ans d'existence ».

10 SCPI affichent une baisse significative de dividendes

En moyenne, au 1er trimestre 2020, 84 % des associés de parts de SCPI ont donc continué à percevoir une distribution de loyer globalement satisfaisante. Néanmoins, à la loupe, certains auront une mauvaise nouvelle : en étudiant les loyers versés fin avril, correspondant à l'acompte au titre du premier trimestre 2020, sur les 61 SCPI de rendement à capital variable étudiées par l'Observatoire des SCPI, 10 d’entre-elles, soit 16 %, affichent une baisse significative de leurs dividendes, c’est-à-dire une baisse supérieure ou égale à 20 %. La baisse la plus importante enregistrée représentant une chute de près de 42 % par rapport au dividende versé l'année précédente.

Des opportunités pour l'avenir

Ne vaudrait-il pas mieux différer son investissement en SCPI ? « Au contraire, il est pertinent de se lancer dès maintenant car la collecte des SCPI pourrait leur permettre d'investir dans des conditions attractives permettant de générer la performance de demain », estime Raphaël Oziel, directeur du pôle immobilier de Linxea. Au-delà de l’exercice d’anticipation, « il faut garder à l'esprit que des fluctuations importantes sont à prévoir sur l'acompte du prochain trimestriel et qu'il faut rester particulièrement prudent sur les chiffres », conclut la plateforme.

A savoir

Les SCPI qui ont choisi de baisser leurs dividendes se divisent en trois catégories, selon Linxea : celles qui privilégient une approche « prudentielle » préférant la matérialiser par une baisse immédiate de la distribution, en pratique de l'ordre de 30 % ; celles qui privilégient une approche « réaliste » consistant à redistribuer ce qui a été réellement encaissé au premier trimestre, ni plus ni moins ; enfin, celles qui choisissent de lisser la distribution de loyer sur l'année, en baissant immédiatement les loyers versés au titre du premier acompte, même si le premier trimestre a été encaissé normalement pour éviter de probables « trous d'air » dans la distribution des loyers au titre du T2 et peut-être du T3. Cela concerne entre autres les SCPI investies dans le secteur de l'hôtellerie et des « résidences gérées ».

Commentaires