Retour de l’inflation : quelles conséquences pour votre épargne ?

Tendance Analyse 0

Les rendements réels risquent de chuter sévèrement en 2017, notamment ceux des supports sans risque.

Creative Commons / Ken Teegardin

Ce n’est pas encore la flambée. Mais depuis le début de l’année, l’inflation a fait son retour. Sur les trois premiers mois de l’année, elle a fluctué entre 1,1% et 1,3%. D’ailleurs, après les 0,2% constatés en 2016, le gouvernement attend une inflation moyenne de 0,8% en 2017. Un élément à prendre en compte à court terme concernant l’épargne.

Entre une inflation en hausse et des rendements toujours bas, l’effet de ciseaux risque en effet d’être préjudiciable aux scores de nombreux placements.

L’importance du taux réel

Rappelons en préambule que la véritable performance de l’épargne dépend étroitement de l’inflation. Si un épargnant place 100 euros à 2%, il aura certes 102 euros un an plus tard. Mais si dans le même temps l’inflation est de 2%, le pouvoir d’achat de son capital aura stagné.

Mieux vaut donc évaluer les rendements avec un taux réel, c’est-à-dire inflation déduite. Le taux réel peut être calculé de manière approximative en faisant la différence entre le rendement et l’inflation.

En 2016, avec un taux de 0,75% et une inflation de 0,2%, le rendement réel du Livret A a été de 0,55%. Autrement dit, un capital placé sur le Livret A a gagné 0,55% de pouvoir d’achat.

Livret A

Avec 0,8% d’inflation, la performance réelle du Livret A pourrait bien passer dans le rouge cette année. Même en supposant une remontée du taux à 1% en août (soit 0,85% en moyenne sur l’année), le rendement réel serait à peine à l’équilibre sur l’année (voir encadré).

Livrets bancaires

Rares sont aujourd’hui les livrets ordinaires avec un taux de base de 1% ou plus. Sachant que ces produits sont en outre fiscalisés, la simple déduction des prélèvements sociaux (15,5%) laisse entrevoir des rémunérations nettes inférieures à 0,84%.

Dans ces conditions, les livrets bancaires ne seront pas à la fête en 2017.

Assurance-vie en euros

De 2,3% en 2015, le rendement moyen de l’assurance-vie en euros est passé à 1,8% en 2016 et la chute va continuer en 2017. Les spécialistes tablent sur un chiffre proche de 1,5%.

En retranchant les prélèvements sociaux à 15,5% et l’inflation, cela devrait laisser en moyenne moins de 0,5% (contre un rendement réel de 1,3% l’an passé).

Que faire ?

La stratégie à adopter dépend évidemment des objectifs et contraintes de chacun.

Un épargnant souhaitant garder son argent disponible en vue d’une dépense n’a actuellement d’autre choix que de se tourner vers les livrets. La préservation du pouvoir d’achat n’est pas garantie, mais cette option est toujours préférable au dépôt sur un compte non rémunéré.

Si vous êtes allergique au risque et que vous souhaitez à tout prix éviter une érosion de votre capital, l’assurance-vie en euros reste une option à étudier, à condition bien sûr de ne pas avoir besoin de vos fonds à très court terme.

Enfin, si l’objectif est de faire fructifier un capital, il faut aujourd’hui être prêt à prendre un peu plus de risques et à investir dans la durée. Que vous soyez tenté par l’immobilier en direct, par les SCPI ou par les actions, il vous faudra en tout cas penser à la diversification et adapter votre portefeuille à votre horizon de placement, comme l’a rappelé récemment Cyrus Conseil.

Mauvais timing pour les Livrets A

Les faibles performances attendues en 2017 sur les livrets réglementées tiennent en partie à un effet de décalage. Certes, ils sont censés protéger de l’inflation. Mais les ajustements se font avec un décalage (le taux est revu deux fois par an). Les épargnants sont donc pénalisés lorsque l’inflation progresse et avantagés quand elle diminue.

Commentaires
Epargne
Analyse0

Assurance-vie en euros : une exception fiscale !

Contrairement aux autres supports d’épargne, elle est imposée sur une base nette de prélèvements sociaux. D’où une inégalité de traitement avec les autres produits…

Lire la suite
Epargne
Analyse0

Epargne retraite : un amendement inutile ?

Les députés ont adopté un dispositif prenant en compte les versements effectués en 2018. Néanmoins, il ne résout en rien le problème posé par l’arrivée du prélèvement à la source en 2019.

Lire la suite
Epargne
Fiche Pratique0

Fonds en euros ou UC : à chacun sa fiscalité !

Bien que soumis aux mêmes taux, ces deux supports d’assurance-vie ne sont pas taxés exactement de la même manière. D’où des performances différentes à l’arrivée.

Lire la suite