Privatisations : les particuliers vont-ils suivre ?

Alternatives Analyse 0

Bercy a annoncé la prochaine privatisation de la FDJ, d’ADP et d’Engie et veut faire participer les particuliers. Mais l’actionnariat individuel est en perte de vitesse.

Reuters

Une vague de privatisations se prépare. Dans un entretien aux Echos, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a confirmé la cession prochaine de titres de l’Etat dans les groupes ADP, FDJ et Engie.

L’exécutif veut notamment profiter de cette occasion pour relancer l’actionnariat populaire. Inciter les Français à sortir des placements totalement sécurisés pour soutenir les entreprises est en effet un objectif affiché par le gouvernement depuis l’an passé.

Reste à savoir si, en dépit de la campagne de communication à venir, les Français suivront car l’actionnariat individuel est en perte de vitesse.

Des statistiques peu favorables

Refroidis par la crise et des privatisations passées dont les performances n’ont pas toujours été à la hauteur des attentes, les particuliers se sont détournés des actions ces dernières années. Et lorsqu’ils consentent de nouveau à les regarder, beaucoup passent désormais par la porte de la gestion collective (par exemple via des unités de compte au sein de contrats d’assurance-vie).

A cet égard, le PEA est un bon baromètre de l’intérêt des épargnants pour la détention d’actions en direct. Certes, le nombre de plans recensés par la Banque de France a légèrement augmenté au dernier trimestre 2017 (4,24 millions contre 4,07 millions trois mois plus tôt). Mais il faut rappeler que le nombre de plan était encore de 4,8 millions fin 2014… et de 7 millions fin 2007. Ainsi en 10 ans, le taux de détention est passé de 14,7% à 8%.

Quant aux encours du PEA, s’ils se sont redressés récemment gagnant par exemple 17% entre juin 2016 et décembre 2017, ils ont surtout bénéficié de la reprise des marchés (sur la même période, le CAC 40 a gagné 27%).

Un investissement productif ?

Soulignons enfin que ces opérations de privatisation se feront via la cession de titres détenus par l’état. Autrement dit, les souscriptions ne viendront pas soutenir les fonds propres des entreprises en question. Elles renforceront la trésorerie de l’Etat.

Alors que le gouvernement promeut l’investissement en actions en martelant qu’il est un moyen de soutenir le développement des entreprises, il ne sera pas aisé de présenter ces privatisations comme des investissements productifs.

Commentaires (5)
  • joelle garraud
    joelle garraudposté hier à 15:28

    Obtenez un crédit à court ou à long terme

    Bonjour,
    Je m'appelle Madame GARRAUD Joëlle, j'offre des prêts à l'international pour permettre aux entrepreneurs d'agrandir leurs entreprises ou pour des raisons personnels. Que vous soyez dans le secteur public ou privé je suis à votre disposition.
    Pour plus d'informations sur mes conditions d'octroi, veuillez me contacter.
    Un prêt vous engage et doit être remboursé donc, vérifier vos capacités financières avant de me contacter

    Cordialement
    Mme. GARRAUD Joëlle

  • lbda21
    lbda21posté le 13.06.2018 à 16:38

    le gouvernement, une fois de plus, se moque des petits porteurs : pas de rémunération des risques pris, une taxe sur les transactions que les banques ne paient pas, un coup de massue de 30% dès que l'on gagne 2 balles, des entreprises qui ne tiennent pas la route etc; qu'il commence par rembourser aux contribuables le coût du crédit lyonnais, de dexia, etc..

  • cg2046
    cg2046posté le 13.06.2018 à 12:13

    Investissements productifs surtout pour le fisc et l' État. On vient de prendre 1.7 % de csg dans les dents, sauf erreur de ma part bien sur ...

  • dguy3
    dguy3posté le 13.06.2018 à 11:46

    ce gouvernement comme les autres massacrent les petits porteurs et fait la part belle aux spéculateurs

  • avis1111
    avis1111posté le 13.06.2018 à 11:45

    on se moque de la production vraiment les majors ont un dieu ...

Epargne
Actu0

De nouvelles pistes pour investir dans l’immobilier sans IFI

Spécialisée dans la transformation d’actifs urbains obsolètes telles que des friches industrielles ou d’anciens immeubles de bureaux, Novaxia propose des fonds destinés à la valorisation d’actifs immobiliers qui ne sont pas imposés à l’IFI.

Lire la suite