PEA-PME : un an d’existence et un bilan très mitigé

Alternatives Analyse 0

Le PEA-PME a été officiellement lancé le 5 mars 2014. Mais malgré des conditions fiscales avantageuses, il n’a pas encore attiré les foules

Reuters

Il y a un an apparaissait le PEA-PME. Né en janvier, il a été officiellement lancé le 5 mars 2014. Mais en dépit des grands espoirs placés en lui, il n’a pas réussi à prendre son envol sur les 12 mois écoulés.

Certes, l’objectif de 80.000 comptes ouverts a bien été atteint dès le mois de septembre. Les fonds éligibles disposaient quant à eux de près de 1,57 milliard d’euros d’encours au dernier pointage d’Arkeon Finance (27 février).

Une collecte encore limitée

Seulement, beaucoup de ces fonds existaient avant même le lancement du PEA-PME et se sont simplement convertis. Résultat, Arkeon Finance estime la collecte nette depuis le 5 mars 2014 à seulement 226 millions d’euros.

Quant aux comptes ouverts, ils n’avaient lors de notre dernière estimation que 4.000 à 5.000 euros d’encours en moyenne... Loin du plafond autorisé de 75.000 euros. Beaucoup d’épargnants semblent donc avoir ouvert un compte avant tout pour prendre date.

Des atouts évidents

Le PEA-PME ne manque pourtant pas d’atouts. Le premier concerne son régime fiscal, calqué sur celui du PEA, avec une exonération d’impôt au bout de 5 ans. Son univers s’est aussi progressivement élargi avec actuellement 64 fonds et 328 actions éligibles.

Les valeurs moyennes concernées ont de surcroît affiché des performances meilleures que celles des grandes capitalisations sur une grande partie de l’année 2014.

Des retouches à effectuer

Mais dans un marché mal orienté sur la deuxième moitié de 2014 (l’EnterNext PEA PME 150 a tout de même perdu quelque 5% au second semestre), cela n’a pas suffi. Les raisons mises en avant ont été nombreuses, du manque de promotion par les banques au cadre réglementaire en passant par les hésitations initiales de Bercy et le positionnement très pointu du produit (les épargnants dont le PEA n’est pas au plafond peuvent en effet se passer du PEA-PME, à l’univers plus restrictif).

Pour donner un nouvel élan au PEA-PME, Euronext a lancé en novembre l’indice EnterNext CAC PME 150, l’indice CAC PME utilisé jusqu’alors étant jugé peu représentatif avec une surpondération marquée des biotechs.

Mais pour les professionnels, là n’est pas l’essentiel. Pour débloquer la situation, ils préconisent plutôt d’ouvrir plus nettement le champ du PEA-PME à l’obligataire. Actuellement, les fonds doivent investir au moins à 75% dans des titres de sociétés éligibles, avec un seuil de 50% en actions. Faire sauter ce verrou et permettre ainsi aux sociétés de gestion d’investir via des obligations convertibles serait à leurs yeux un catalyseur, car les particuliers pourraient alors profiter du dynamisme des valeurs moyennes tout en bénéficiant de la sécurité associée aux placements obligataires.

Commentaires