Nouvelle génération du plan d’épargne logement (PEL), intéressante ou pas ?

Livrets Analyse 0

Le taux de rémunération va passer à 2% brut pour les plans d’épargne logement ouverts à partir du 1er janvier 2023 mais le taux du prêt épargne logement va lui aussi évoluer.

Banque de France

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a confirmé hier la hausse du taux de rémunération à 2% pour les plans d’épargne logement (PEL) qui seront ouverts à partir du 1er janvier 2023. Le gouvernement ne fait que suivre la recommandation de la Banque de France, fondée sur la formule de calcul du taux du PEL qui prend en compte l’évolution des taux de marché.

Tout dépend des projets immobiliers

Par rapport à la génération actuelle de PEL ouverte depuis août 2016, il s’agit d’un doublement du taux de rémunération, de 1% à 2%. Ces intérêts sont cependant imposés à 30% (impôt sur le revenu et prélèvements sociaux), ce qui laissera 1,40% net pour les nouveaux PEL. Mais le principal avantage de la génération actuelle de PEL est son taux du prêt épargne logement qui est de 2,20%. Une valeur qui redevient attractif face aux taux d’emprunt immobiliers qui dépassent déjà ce niveau sur 15 ans et qui vont certainement continuer à monter dans les prochains mois vers les 3%.

Pour les nouveaux PEL ouverts en 2023, ce taux du prêt épargne logement va mécaniquement augmenter. Depuis février 2015, le taux du prêt est supérieur de 1,2 point au taux de rémunération. Dans ces conditions, le taux du prêt des nouveaux PEL va passer à 3,2%, une hausse qui nous a été confirmée par Bercy, ce qui est beaucoup moins intéressant dans le cadre d’un projet immobilier.

Il faut en effet bien avoir en tête que le taux de rémunération d’un PEL et le taux du droit à prêt n'évoluent jamais : ils sont fixés une fois pour toutes au moment de son ouverture et diffèrent donc selon chaque génération de PEL. On peut alors se poser la question de savoir s’il vaut mieux garder son PEL, le fermer pour en ouvrir un autre en 2023 ou même en ouvrir un avant le 31 décembre prochain. Bien sûr, on ne peut en détenir qu'un seul.

Quels arbitrages ?

Si vous envisagez un projet immobilier d’ici quelques années, il vaut mieux conserver un PEL ouvert depuis août 2016 pour bénéficier d’un taux d’emprunt de 2,20% redevenu intéressant. Si vous ne possédez pas de PEL et que vous avez un projet immobilier, il vaut mieux en ouvrir un avant le 31 décembre prochain car après le taux d'emprunt sera donc plus élevé.

La seule contrainte est de supporter un faible rendement de son épargne (0,70% ou 0,83% net), sachant que le montant du prêt est calculé en fonction des intérêts acquis pendant la phase d'épargne. Autrement dit, il faut bien remplir son PEL (le plafond est à 61.200 €) pour bénéficier d’un prêt significatif, ce qui permettra au passage de se constituer un bel apport que les banques apprécient. Cette phase d’épargne doit être d’au moins 3 ans et le prêt ne pourra jamais dépasser 92.000 € sur une durée allant jusqu’à 15 ans. Ce prêt peut servir à financer l'achat ou la construction d'un logement mais aussi des travaux.

A l'arrivée, la différence entre le coût d'un emprunt de 92.000 € sur 15 ans à 2,2% et à 3,2% est par exemple d'environ 8.000 €, ce qui sera bien supérieur à la différence de rémunération d'1 point entre ces deux générations de PEL pendant la phase d'épargne.

A noter que les PEL ouverts depuis le 1er janvier 2018 n'ouvrent plus droit à la prime d'État. Pour le PEL antérieurs (entre août 2016 et fin 2017), cette prime correspond à 100% des intérêts acquis, plafonnée à 1.525 €. Par ailleurs, vous pouvez céder vos droits à prêt à un membre de votre famille à condition qu'il soit titulaire d'un PEL ouvert depuis au moins 3 ans. De même, un membre de votre famille peut vous céder ses droits à prêt générés par son PEL. Vous pouvez aussi cumuler ses droits avec les vôtres pour un prêt d'un montant plus élevé, toujours dans une limite de 92.000 €.

Ne pas négliger le CEL

Ceux qui n’ont pas de projet immobilier pourront au contraire solder un PEL ouvert depuis août 2016 pour en ouvrir un nouveau à partir de janvier 2023, sachant qu’il existe d’autres supports d’épargne sécurisée plus rémunérateurs et plus souples comme le Livret A et le LDDS dont le taux va dépasser 3% en février 2023. Mais ceux qui ont déjà des livrets remplis au plafond peuvent aussi s’intéresser au cousin du PEL, le compte épargne logement (CEL) dont le fonctionnement est moins contraignant avec une rémunération qui va augmenter le 1er février 2023.

Enfin, pour les générations antérieures de PEL, tout dépend des taux de rémunération et de la fiscalité en fonction des années, mais cela reste souvent intéressant.

Commentaires (2)
  • a1039
    a1039posté le 16.12.2022 à 12:07

    Compte tenu de l'évolution des prix de l'immobilier, le taux n'est pas tant le souci que le plafond qui n'a que peu bougé depuis... eh oui, 30 ans (au moins), les 400 kF de l'époque (60,98 k€) ayant été arrondi, on ne sait pourquoi à 61,2 k€ il y a une 20aine d'années. Et rien depuis. Nos gouvernants pensent-ils que les prix immobiliers neufs vont reperdre 75% ou 80% dans les années à venir malgré les contraintes écolo (RE2022 entre autres) ?

  • Utilisateur30802
    Utilisateur30802posté le 09.12.2022 à 15:28

    Imposable et plus de prime d' État, ce ne sont pas les malheureux 2% d’intérêt qui vont le ressusciter. Ils ont tout fait pour le saborder, ils ont réussi.