Non, la distribution de dividendes n’enrichit pas l’actionnaire

Tendance Analyse 0

Contrairement aux idées reçues, le versement d’un dividende n’accroît pas le patrimoine économique d’un actionnaire. Explications en chiffres…

Reuters

Au troisième trimestre, plus de 328 milliards de dollars de dividendes ont été comptabilisés dans le monde. Le chiffre a de quoi impressionner… et faire réagir. Pourtant, un dividende n’enrichit en rien un actionnaire. Cette affirmation est loin d’être une provocation. Il s’agit bel et bien de la réalité comptable.

Pour le comprendre, le plus simple est de prendre un exemple. Imaginons une société de portefeuille sans dette ayant 5.000 euros de placements et 5.000 euros de liquidités. Son capital vaut donc 10.000 euros. Si ce capital est réparti entre 100 actions, chaque action vaut en théorie 100 euros.

Hypothèse de versement d’un dividende

Simulons maintenant le versement d’un dividende de 2 euros par action (2% de rendement). La société va s’alléger de 200 euros de cash. Son bilan ne sera plus composé que de 5.000 euros de placements et de 4.800 euros de cash, soit un total de 9.800 euros.

Ainsi, après versement du dividende, chaque action ne vaudra plus que 98 euros (9.800/100), ce qui est logique la société étant alors « moins riche » qu’avant.

Du point de vue de l’actionnaire, le calcul est simple. Il aura certes perçu 2 euros en cash, mais son action ne valant plus que 98 euros, son patrimoine restera de 100 euros, comme auparavant. L’actionnaire ne se sera donc pas enrichi.

En fait, le versement du dividende n’est qu’une monétisation du patrimoine économique de l’actionnaire (on lui rend en cash une partie de ce qui lui appartient déjà au travers de sa quote-part dans la société). On parle d’ailleurs traditionnellement de détachement de coupon…

Hypothèse de rachats d’actions

La distribution peut aussi prendre la forme d’un rachat d’actions. Et ici, le résultat est le même. Imaginons que la société rachète pour 200 euros de ses propres actions (2% de son capital), soit 2 actions à 100 euros. Elle va perdre 200 euros de cash, mais accroître ses placements à 5.200 euros grâce aux actions rachetées. Son total de bilan restera donc de 10.000 euros.

Pour ce qui est des actionnaires, ils percevront ensemble 200 euros de cash, mais n’auront plus que 98 actions (d’une valeur de 100 euros). Leur patrimoine cumulé restera donc de 10.000 euros. Ils ne se seront pas non plus enrichis.

Simulation de distribution pour une société ayant 10.000 € de capitaux propres
L'Argent & Vous
Avant distributionAprès dividende (2€/action)Après rachat d'actions (2 actions)
Capitaux propres de la société10.0009.80010.000
Patrimoine des actionnaires
-Nombre d'action10010098
-Valeur de l'action10098100
-Valeur totale des actions10.0009.8009.800
-Détention en cash0200200
Patrimoine total des actionnaires10.00010.00010.000

Un enrichissement en amont

Si contrairement aux idées reçues la distribution n’enrichit pas l’actionnaire, comment ce dernier peut-il alors accroître son patrimoine ? En fait, tout se joue en amont de la distribution. L’actionnaire s’enrichit quand l’entreprise améliore ses fonds propres, donc quand elle dégage du résultat.

Imaginons que notre société prise en exemple dégage 1.000 euros de résultat l’année suivante (N+1). Elle va augmenter ses liquidités d’autant et son capital va grimper à 11.000 euros. Chaque action vaudra alors 110 euros (au lieu de 100 euros).

D’un point de vue économique, l’actionnaire se sera enrichi de 10 euros (+10%) au cours de l’année N+1 puisque son patrimoine sera passé de 100 à 110 euros. Ensuite, on pourra reprendre le même raisonnement que ci-dessus. Que l’entreprise décide ou non de distribuer une partie de cet enrichissement ne changera rien. L’actionnaire ne gagnera pas plus. Il sera toujours à la tête de 110 euros, soit en actions, soit en actions et pour partie en cash…

De la théorie à la pratique

Dans la pratique, il est rare que les cours de bourse s’ajustent parfaitement en cas de distribution. Cela tient notamment au fait que le marché ne peut jamais raisonner « toutes choses égales par ailleurs ». Entre le détachement d’un dividende et la séance suivante, plusieurs éléments nouveaux peuvent en effet jouer sur l’évolution du cours. Ceci se vérifie aussi lors du détachement d’un droit de souscription (qui peut être assimilé à un super dividende). Notons enfin que le marché étant la résultante de l’offre et de la demande, il a aussi une part de subjectivité.

Commentaires (10)
  • Mamode
    Mamodeposté le 21.11.2017 à 11:01

    Outre que le raisonnement est biaisé, c'est le titre qui prête à confusion ! En effet si la distribution de dividendes en elle même n'est pas un enrichissement de l'actionnaire, cette distribution TRADUIT un enrichissement de l'actionnaire, car il n'y a pas de distribution s'il n'y a pas de résultats ! Et ce sont les résultats qui traduisent l'enrichissement. (sans compter, dans certains cas des ré-évaluations (= enrichissements) ou des dé-évaluations ( =appauvrissement)

  • Journaliste
    Journalisteposté le 21.11.2017 à 11:40

    Comme vous le soulignez, ainsi que notre article, le dividende traduit l’enrichissement de l’actionnaire mais n’en est pas la cause. L’enrichissement provient en effet des résultats (voire de la réévaluation des actifs). Mais cet enrichissement économique serait le même sans distribution (au travers du prix de l’action).
    Cordialement

  • f-delattre
    f-delattreposté le 21.11.2017 à 13:19

    Bonjour, certaines entreprises empruntent pour verser un dividende. Dans ce cas, il y a bien un dividende sans forcément de résultats.

  • Journaliste
    Journalisteposté le 21.11.2017 à 14:05

    Oui. Mais si une entreprise emprunte pour distribuer, elle réduit par ailleurs la valeur de son actif net et donc la valorisation de son action. Là encore, l'actionnaire n'est pas enrichi.

  • f-delattre
    f-delattreposté le 21.11.2017 à 13:19

    Bonjour, certaines entreprises empruntent pour verser un dividende. Dans ce cas, il y a bien un dividende sans forcément de résultats.

  • f-delattre
    f-delattreposté le 21.11.2017 à 13:19

    Bonjour, certaines entreprises empruntent pour verser un dividende. Dans ce cas, il y a bien un dividende sans forcément de résultats.

  • xvrb
    xvrbposté le 21.11.2017 à 10:57

    D'accord sur le calcul, mais l'actionnaire espère toujours une augmentation de la valeur de l'action en bourse et parfois (le plus souvent possible) la valeur de l'action est supérieure à son prix d'achat initial et ce que recherche l'actionnaire en plus du dividende. Répondez moi si vous voyez les choses autrement.

  • captainmiki
    captainmikiposté le 21.11.2017 à 10:20

    en plus, le raisonnement est biaisé puisqu'on compare une situation statique (dans le cas de la distribution d'un dividend) avec une situation dynamique incluant le resultat economique de l'entreprise.

  • captainmiki
    captainmikiposté le 21.11.2017 à 10:18

    totalement faux! l'actionnaire a tout uinteret a ce qu'une partie du résultat degage lui soit regulierement distribute, plutot que conserve entierement dans une entreprise sur la gestion de laquelle il n'a pratiquement aucune influence

  • Journaliste
    Journalisteposté le 21.11.2017 à 10:35

    Votre point de vue revient à dire que le cash encaissé par l’actionnaire sous forme de dividendes est mieux placé que l’argent investi dans l’entreprise (bref qu’il rapporte plus). Si tel est le cas, mieux vaut vendre purement et simplement ses actions.
    Cordialement

Epargne
Analyse0

Assurance-vie en euros : une exception fiscale !

Contrairement aux autres supports d’épargne, elle est imposée sur une base nette de prélèvements sociaux. D’où une inégalité de traitement avec les autres produits…

Lire la suite
Epargne
Analyse0

Epargne retraite : un amendement inutile ?

Les députés ont adopté un dispositif prenant en compte les versements effectués en 2018. Néanmoins, il ne résout en rien le problème posé par l’arrivée du prélèvement à la source en 2019.

Lire la suite
Epargne
Fiche Pratique0

Fonds en euros ou UC : à chacun sa fiscalité !

Bien que soumis aux mêmes taux, ces deux supports d’assurance-vie ne sont pas taxés exactement de la même manière. D’où des performances différentes à l’arrivée.

Lire la suite