Livrets enfants : attention aux performances en trompe-l'oeil !

Livrets Analyse 0

Les taux bruts annoncés peuvent sembler alléchants. Mais ces livrets étant fiscalisés, leur rendement net est dans de nombreux cas inférieur à celui du Livret A

Reuters

Quelles solutions d'épargne retenir pour ses enfants ? S'ils ont plus de 12 ans, le Livret jeune est bien entendu une solution qui s'impose pour qui veut placer jusqu'à 1.600 euros. Affichant de par la réglementation un taux au moins égal à celui du Livret A, il peut bénéficier en outre d'un coup de pouce de la part des banques qui le commercialisent. Ainsi, la plupart des offres oscillent actuellement entre 2,25% et 2,75% avec de surcroît l'avantage de ne faire porter aucune fiscalité sur les intérêts.

Des offres spécifiques pour les moins de 12 ans

Pour les enfants de moins de 12 ans, le Livret jeune n'est en revanche pas accessible. Les banques ont donc développé des offres alternatives sous la forme de " livrets enfants ". A de rares exceptions près, les plafonds sont comparables à ceux du Livret jeune afin de faciliter les transferts une fois le titulaire arrivé à l'âge de 12 ans.

En ce qui concerne la rémunération, les politiques sont en revanche plus disparates. Ces livrets ne sont pas réglementés. Les taux servis sont fixés par chaque établissement avec des écarts importants. Les plus faibles se situent au niveau du Livret A (1%) et les plus élevés peuvent monter autour de 2%.

Des intérêts fiscalisés

Cela peut sembler correct face au Livret A. Mais il ne faut pas oublier que ces livrets enfants n'étant pas réglementés, ils sont fiscalisés. Les revenus perçus sont donc à intégrer aux revenus du foyer. Dès lors, du taux d'imposition du foyer dépend directement la rentabilité de l'épargne des enfants.

Imaginons, un livret enfant servant 2%, dans une famille imposée au taux marginal de 30%. Son taux net ne sera que de 1,09%. N'est-il pas alors aussi simple de s'orienter vers un Livret A ? D'une manière générale, un foyer imposé à 14% n'aura aucun intérêt à ouvrir un livret enfant, si ce dernier ne verse pas au moins 1,4% brut. Si le taux d'imposition est de 30%, il faut même exiger un taux minimal de 1,85%, dans le haut du panier du marché.

L'alternative du Livret A ou du PEL

A l'heure actuelle, le Livret A reste à l'évidence une solution plus simple et aussi performante que la plupart des livrets enfants (sauf pour les ménages peu ou pas imposés). Il a aussi l'avantage d'offrir un plafond plus élevé (22.950 euros). D'ailleurs certaines banques (comme la Société Générale) ont arrêté la commercialisation de leurs livrets enfants, favorisant le report sur le Livret A.

Le PEL peut constituer une autre alternative intéressante pour les parents qui prévoient des versements réguliers. Avec un taux de 2% uniquement soumis aux prélèvements sociaux (pendant douze ans), il offre aujourd'hui 1,69% net. La principale contrainte réside dans l'obligation de bloquer les fonds pendant deux ans au minimum pour bénéficier de ce taux. Mais dans le cas d'un enfant mineur, cela est rarement rédhibitoire.

Commentaires
Epargne
Actu0

Assurance-vie : pensez aux SCPI en 2020 !

Avec un rendement d’environ 4,5% projeté pour 2019, les SCPI ont de quoi doper la rentabilité d’un contrat d’assurance-vie tout en apportant une certaine sécurité sur le long terme.

Lire la suite