Les retraites évolueront de concert avec les revenus d'activités entre 2011 et 2021

Retraite Analyse 0

C'est ce qui ressort de l'analyse des projections du Conseil d'orientation des retraites

Reuters

Les retraites vont-elles souffrir par rapport aux revenus des actifs dans un futur proche ? Si les réformes à venir peuvent faire planer un doute, les projections du dernier rapport du Conseil d'orientation des retraites (Cor) laissent toutefois de l'espoir pour le niveau de vie moyen des retraités.

A court terme, la pension moyenne devrait même augmenter plus vite que les revenus d'activité. Sur une période 2011-2020, le Cor table sur une progression cumulée de 7,7% pour la pension moyenne, soit +0,8% par an. Il s'agit là de la pension moyenne en termes réels, c'est-à-dire retraitée de l'inflation. En face, le revenu d'activité moyen ne progresserait que de 6,4% à 6,8%, soit 0,7% par an en moyenne.

Pour expliquer ce phénomène, le Cor pointe la crise pesant sur les actifs et évoque du côté des retraités l'effet noria, la pension des nouveaux retraités étant supérieure à celle des retraités qui décèdent".

Une inflexion en 2020

Certes, la tendance devrait s'inverser après 2020. Les pensions ne devraient plus progresser que de 0,5% à 0,7% par an, reflétant avec retard les effets de la crise.

Ceci étant, il est intéressant de noter que le rapport entre l'évolution des pensions et l'évolution des revenus d'activité devrait rester favorable aux retraités sur la décennie en cours. Et d'après nos calculs, ce n'est qu'en 2021, voire 2022 selon les scénarios, que les deux courbes devraient se croiser. Autrement dit, la pension moyenne et le revenu d'activité moyen pourraient progresser dans les mêmes proportions (en cumulé) d'ici à 2021-2022.

L'importance du patrimoine

Ces simulations s'entendent sans modification des régimes de retraite. Il va sans dire qu'en cas de hausse des prélèvements en vue d'équilibrer le système, la progression de la pension moyenne pourrait rester similaire à celle du revenu moyen d'activité au moins jusqu'en 2024, y compris en supposant une décroissance des rendements Agirc-Arrco.

Le Cor rappelle enfin que l'évolution des pensions n'est qu'un élément permettant d'apprécier le niveau de vie des retraités par rapport aux actifs. Les revenus du patrimoine joueront aussi un rôle important. Rappelons que le niveau de vie moyen des retraités apparaît aujourd'hui proche de celui des actifs, une fois les revenus du patrimoine pris en compte, souligne d'ailleurs le rapport.

Commentaires (4)
  • tlapie
    tlapieposté le 29.12.2012 à 20:47

    Ne pas se laisser abuser par l'effet de noria : les perspectives d'évolution du COR sont peut-être exactes, mais pour chaque retraité, ce qui est à prévoir c'est une perte de pouvoir d'achat de 0,5 à 1% par an, en moyenne, et peut-être plus grande pour la période 2013-2016, si les négociations en cours gèlent ou freinent l'indexation des retraites AGIRC et ARRCO. Les génénérations annuelles de retraités remontent les moyennes car les salaires, eux, font mieux que l'inflation.

  • gvanlaer
    gvanlaerposté le 05.01.2013 à 17:36

    Ben voyons ! Qui a "bénéficié" d'un écrasement des revenus vers le bas ? Les salariés depuis près de dix ans, avec les dispositifs favorisant les bas salaires.
    Les retraites n'ont pas bougé pendant ce temps.
    Il est urgent de rétablir un différentiel de plus de 15 % entre le revenu médian des retraités et celui des actifs. Car travailler coute (et mérite) beaucoup, beaucoup plus que de profiter de la solidarité.

  • Bear.
    Bear.posté le 29.12.2012 à 20:23

    C'est cuit !...

  • gvanlaer
    gvanlaerposté le 29.12.2012 à 20:02

    Non seulement le revenu médian des retraités est supérieur à celui des actifs, mais l'écart va encore augmenter !
    Et le gouvernement n'a fait qu'aggraver la situation en augmentant les charges salariales dès son arrivée.
    Quelle gérontocratie de merde !