Les Livret A et LDDS ont toutes les chances de rapporter 3,40% à partir de février et encore davantage en août 2023

Livrets Analyse 0

Le taux du Livret A et du LDDS pourrait même dépasser 4% à l'été 2023.

Boursier.com

La publication jeudi dernier des chiffres définitifs de l’inflation en France pour le mois de novembre et l’annonce des nouveaux taux directeurs de la banque centrale européenne (BCE) permettent aujourd’hui d’estimer assez précisément le prochain taux de rémunération du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire (LDDS) qui sera annoncé vers la mi-janvier avant d’être appliqué le 1er février 2023.

Formule de calcul du taux théorique

Pour faire simple, la formule de calcul du taux de rémunération de ces deux livrets correspond à la moyenne semestrielle du taux d’inflation (hors tabac) des six derniers mois et des taux interbancaires à court terme de la zone Euro (€STR), avec un arrondi calculé au dixième de point le plus proche. La période qui nous intéresse s’étale de juillet à décembre 2022 et comme nous l’avions indiqué à plusieurs reprises, ces deux composantes, inflation et €STR, se conjuguent depuis l’automne pour aboutir à un taux de rémunération théorique qui va largement dépasser 3%.

Le pic d’inflation est désormais attendu début 2023

Dans sa dernière note de conjoncture, l’Insee s’attend à un glissement annuel des prix à la consommation de 6,8% (hors tabac) en décembre (ce qui conduirait à une inflation annuelle 2022 de 5,3%) avant un pic d’inflation à 7% en janvier-février 2023. En prenant cette hypothèse de +6,8% en décembre, on se situe à 6,2% en moyenne semestrielle (de juillet à décembre 2022). Quant à la moyenne sur 6 mois des taux €STR, nous l’estimons désormais à environ 0,56% en prenant en compte la hausse de 50 points de base des taux directeurs décidée ce jeudi par la BCE. Au final, nos calculs aboutissent à un taux de 3,40%, après arrondi, pour la moyenne arithmétique de ces deux composantes.

Choix politique

Les dernières évolutions économiques, un peu moins d’inflation mais des taux courts plus élevés, se neutralisent d’ailleurs pour aboutir à la même estimation que nous avions déjà réalisée cet été. 3,40% constitue donc le prochain taux de rémunération théorique et le résultat de ce calcul sera transmis par la Banque de France au gouvernement, sachant qu’un geste exceptionnel supplémentaire reste toujours possible mais absolument improbable dans les conditions actuelles.

L’inverse est également envisageable, c’est-à-dire une modération du taux théorique : cela consisterait surtout dans le cas présent à alléger le coût pour les banques. Les banques ne supportent cependant qu’une partie de la charge des intérêts du Livret A, c’est-à-dire à hauteur des fonds qu’elles centralisent, la Caisse des dépôts en prenant la majorité à sa charge (59,5% du total).

Pour la forme, c'est précisément le gouverneur de la Banque de France qui peut proposer au gouvernement de déroger au taux théorique sachant que l'exécutif a la main sur la décision finale.

Quel surplus de rémunération ?

Pour les 55 millions de détenteurs de Livret A, un taux de 3,4% permettrait de générer jusqu’à € 780,3 € d’intérêts annuels pour un livret rempli au plafond de 22.950 €, soit 321,3 € de mieux qu’aujourd’hui avec un taux de 2%. Avec 10.000 € sur son Livret A, le surplus serait de 140 € par an (de 200 € à 340 €), soit au total un peu plus de 28 € par mois.

Un taux supérieur à 4% en août 2023 ?

Raisonner en base annuelle n’est cependant pas forcément pertinent car ces taux de rémunération sont susceptibles d’être révisés tous les 6 mois et donc dès l’été 2023. Avec l’hypothèse d’un pic d’inflation à 7% début 2023 avant une véritable décrue à partir du deuxième semestre 2023, le taux du Livret A et du LDDS pourrait même connaître une nouvelle hausse significative en août 2023 (on pourrait dépasser 4% selon nos estimations) car les taux €STR vont continuer à augmenter en parallèle.

Ce n’est ensuite qu’en février 2024 que les taux des deux livrets seraient révisés en baisse avec une ampleur encore aléatoire qui dépendra de l’évolution de l’inflation et de la politique monétaire de la BCE. Cela laisserait en tout cas certainement 18 mois avec un taux très attractif pour de tels supports d’épargne entièrement sécurisés, parfaitement liquides et flexibles, en prime non fiscalisés.

Un LEP probablement à 6,2%

Le taux du livret d’épargne populaire (LEP) est quant à lui déterminé pour couvrir l’inflation moyenne et reflètera donc l'évolution des prix du deuxième semestre 2022. Il a ainsi de grandes chances d’être porté à 6,2% le 1er février 2023. Le LEP reste cependant soumis à des plafonds de revenus et il n'est pas possible d'y placer plus de 7.700 €. Avec un taux de 6,2%, un LEP rempli rapporterait quand même 477,4 € d’intérêts sur un an.

A SAVOIR

Un taux du Livret A à 3,40% marquerait un plus haut depuis 2008 où il se situait à 4%.

Commentaires (1)
  • Duprat
    Dupratposté le 16.12.2022 à 11:44

    Livret A à 1% avec inflation à 2% ou livret A à 4% avec inflation à 8%, on perd toujours 50% de pouvoir d'achat