Le PEA-PME peut-il aller plus haut ?

Alternatives Analyse 0

Le plan dédié à l’investissement dans les PME a atteint, avec un certain retard, ses objectifs initiaux. Mais, même avec la réforme envisagée, franchir un cap supplémentaire ne sera pas aisé.

Reuters

74.407 comptes et 1,24 milliard d’euros d’encours. Tels étaient d’après la Banque de France les statistiques du PEA-PME à la fin du premier trimestre. Depuis un an, le PEA dédié aux PME a clairement fait un bond en avant. Le nombre de comptes a progressé de 29% tandis que les encours ont enflé de 42%.

Mieux encore, après un démarrage très poussif, le PEA-PME a peu ou prou atteint les objectifs qui lui avait été assignés : 80.000 comptes et entre 1 milliard et 1,5 milliard d’euros d’encours. Contrat rempli donc, même si ces niveaux devaient à l’origine être obtenus en 2015, soit un an après le lancement du produit.

Un second souffle à trouver

Autrement dit, le PEA-PME entre désormais dans une phase de maturité et toute la question est désormais de savoir s’il peut séduire un public plus large. Rappelons à cet égard que les objectifs de départ n’ont pas été fixés innocemment. Le nombre de comptes espéré correspondait au nombre de PEA déjà au plafond (150.000 euros), l’idée étant d’offrir un produit de diversification aux investisseurs aisés.

Pour l’heure, ceux qui ont moins de 150.000 euros dans leur PEA n’ont en effet guère d’intérêt à ouvrir un PEA-PME, le PEA « classique » permettant lui aussi d’investir dans des petites et moyennes entreprises.

Le crowdfunding comme relais de croissance

Il faudra donc d’autres atouts au PEA-PME pour franchir un nouveau cap. Les professionnels ont été nombreux à suggérer des pistes ces dernières années : intégration des bons de souscription d’actions, avantages fiscaux spécifiques… Jusqu’ici, l’exécutif s’est contenté de toilettages sur les valeurs éligibles.

Aujourd’hui, Bercy a un nouvel axe de travail. Dans le cadre du projet de loi Pacte, le gouvernement veut rendre éligibles au PEA-PME les titres issus du financement participatif (obligations, minibons, titres participatifs…).

Pas d’objectifs chiffrés

Cela suffira-t-il à donner un coup d’accélérateur au PEA-PME ? Certes le financement participatif est populaire, mais il reste un débouché limité. Les titres concernés ont représenté une collecte de 250 millions d’euros en 2017, soit 20% seulement des encours du PEA-PME.

Le gouvernement est donc loin d’avoir trouvé la recette miracle pour doper le PEA-PME. D’ailleurs, il ne se hasarde pas à avancer des chiffres. « L’attractivité du PEA-PME sera renforcée », avance sobrement Bercy dans son dossier de presse en évoquant les objectifs de la réforme.

Commentaires
Epargne
Fiche Pratique0

La tontine, une solution de prévoyance méconnue

Créée au XVIIème siècle, elle permet aux épargnants de récupérer un capital à une date donnée en cas de survie. Une véritable assurance-vie en quelques sortes. Explications…

Lire la suite