Le Livret A pourrait bientôt rapporter 3,30% ou 3,40%

Livrets Analyse 0

Deux composantes jouent désormais à la hausse : l'inflation et les taux interbancaires, directement influencés par la remontée des taux de la BCE.

Boursier.com

Il est encore un peu tôt pour estimer le prochain taux de rémunération du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire (LDDS) qui sera fixé dans quelques mois mais une chose est sûre, il va encore fortement augmenter lors de sa prochaine révision en février 2023.

Pour faire simple, la formule de calcul du taux de rémunération de ces deux livrets correspond à la moyenne semestrielle du taux d’inflation des six derniers mois (hors tabac) et des taux interbancaires à court terme de la zone Euro (€STR), avec un arrondi calculé au dixième de point le plus proche. On le sait déjà, les niveaux d’inflation vont encore augmenter d’ici la fin de l’année même si la remise carburant de 30 centimes, actuellement en vigueur pendant deux mois, va finalement modérer l’évolution globale des prix pour septembre et octobre.

Mais ce qui change surtout, c’est la remontée des taux interbancaires, directement influencés par la hausse des taux directeurs de la banque centrale européenne (BCE). Ces deux composantes vont ainsi se conjuguer pour aboutir à un taux de rémunération théorique qui devrait largement dépasser 3%.

Pic d’inflation attendu en fin d'année

Essayons maintenant d’affiner ce calcul. Au niveau de l’inflation, on connaît déjà l'évolution de l'indice des prix à la consommation (hors tabac) de juillet, annoncée par l’Insee à 6,2% et celle d’août à 6%. Pour la suite, l’Insee estime désormais que le glissement annuel de l’inflation se stabiliserait un peu en dessous de 6% en septembre-octobre, puis s’élèverait à environ 6,5% en décembre. En moyenne, on pourrait ainsi se situer à 6,1% ou 6,2% entre juillet et décembre, la période qui servira au calcul de la rémunération des Livret A et du LDDS à la mi-janvier pour une application à compter du 1er février.

Taux interbancaires sous l’influence de la BCE

S’agissant des taux interbancaires qui étaient encore largement négatifs début juillet, ils sont remontés proches de 0 après la première hausse des taux directeurs de la BCE en juillet, puis à 0,66% ce mercredi suite au dernier tour de vis de 75 points de base effectif depuis le 14 septembre. Il ne fait plus aucun doute que la BCE poursuivra son resserrement monétaire lors des deux prochaines réunions du 27 octobre et du 15 décembre. Les analystes s’attendant au minimum à deux hausses de 50 points de base, voire de 75 points de base. D’après nos calculs, on pourrait alors se retrouver avec un €STR entre 1,40% et 1,60% fin 2022. De quoi porter la moyenne de ce taux sur 6 mois entre 0,55% et 0,57%.

Taux théorique

Après arrondi, la moyenne arithmétique de ces deux composantes se situerait ainsi à 3,30% ou 3,40%, les dernières évolutions (un peu moins d’inflation mais des taux courts plus élevés) se neutralisant pour aboutir à la même estimation que nous avions déjà réalisée cet été. Le résultat de ce calcul serait alors transmis au gouvernement par la Banque de France, sachant qu’un geste exceptionnel supplémentaire, ou l’inverse, reste toujours possible mais très peu probable dans les conditions actuelles. Un taux du Livret A à 3,30% ou 3,40% marquerait un plus haut depuis 2008 où il se situait à 4%.

Quel surplus de rémunération ?

Pour les 55 millions de détenteurs de Livret A, un taux de 3,3% permettrait de générer jusqu’à 757,35 € d’intérêts annuels pour un livret rempli au plafond de 22.950 €, soit près de 300 € de mieux qu’aujourd’hui avec un taux de 2%. Avec 10.000 € sur son Livret A, le surplus serait de 130 € par an (de 200 € à 330 €), soit au total un peu plus de 27 € par mois.

Raisonner en base annuelle n’est cependant pas très pertinent car ces taux de rémunération sont susceptibles d’être révisés à la baisse à partir d’août 2023 avec l’hypothèse souhaitable d’une décrue de l’inflation, au moins à partir du deuxième trimestre 2023. Avec l’impact négatif de la baisse du bouclier tarifaire sur les prix de l’énergie à partir de janvier prochain, ce mouvement devrait cependant être très progressif de sorte que le taux du Livret A ne devrait pas beaucoup reculer l’été prochain.

Un LEP au moins à 6%

Le taux du livret d’épargne populaire (LEP) est quant à lui déterminé pour couvrir l’inflation moyenne et reflètera donc l'évolution des prix du deuxième semestre 2022. Il a ainsi de grandes chances d’être porté légèrement au-dessus de 6% le 1er février 2023. Le LEP reste cependant soumis à des plafonds de revenus et il n'est pas possible d'y placer plus de 7.700 €.

Commentaires (3)
  • bronngeor
    bronngeorposté le 16.09.2022 à 15:38

    " pourrait bientôt rapporter 3,30% ou 3,40% " Avec une inflation de 7 ou 8% c'est de la perte que l'on devrais dire !!! oui je dit bien 7 ou 8% Mr. La Maire vous raconte des histoires l’énergie monte de 22% et ça tout le monde en a besoin.

  • Gardoche59
    Gardoche59posté le 16.09.2022 à 11:19

    Indexons le taux du livret A sur la hausse des matières premières confondues

  • Gardoche59
    Gardoche59posté le 16.09.2022 à 11:15

    la plaisanterie perdure