L’assurance vie ne décolle pas mais confirme son orientation vers les UC

Assurance-Vie Analyse 0

Depuis le début de l’année, les transferts de contrats d’assurance vie ont permis de réinvestir 1,9 milliard d’euros supplémentaire en UC selon la Fédération Française de l’Assurance.

Reuters

L’assurance vie a connu en septembre un dixième mois de collecte nette supérieure ou égale à 1 milliard d’euros, ce qui porte le montant cumulé à 15,8 milliards d’euros depuis le début de l’année selon les chiffres de la Fédération Française de l’Assurance (FFA). L’année 2020 n’offrant pas une base de comparaison significative avec son premier confinement strict, on peut remarquer que ces montants restent significativement inférieurs à la même période de 2019 (près de 21 milliards de collecte nette cumulée de janvier à septembre).

L’épargne reste liquide

Une récente enquête du Cercle de l’Epargne/Amphitéa soulignait que 47% des sondés souhaitent conserver l’argent mis de côté en raison de la crise sanitaire, 157 milliards d’euros, sous forme liquide et mobilisable à tout moment. 33% souhaitent même augmenter leur effort d’épargne, seulement 26% seraient prêts à utiliser tout ou partie de leur cagnotte pour réaliser des achats et à peine 12% sont disposés à réallouer cette épargne liquide vers des placements à long terme tel que l’assurance vie. Cet attentisme explique donc l’absence de rebond post-covid pour l’assurance vie.

Les UC en puissance

Ce qui ne change pas, c’est le succès des fonds en unités de compte (non garantis contrairement aux fonds en euros) qui voient leur part atteindre 37% des cotisations en septembre. Sur les 9 premiers mois de l’année 2021, les cotisations en UC s’élèvent à 42,4 milliards d’euros, un niveau record qui représente 38% des cotisations globales à comparer à ne proportion de 34% un an plus tôt.

« Ce résultat s’explique par la bonne tenue des marchés financiers et par les consignes données aux réseaux commerciaux visant à encourager ce type de supports », souligne Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l’Épargne.

Bonne tenue des marchés boursiers

De quoi rappeler que ces UC sont investies à hauteur de 83% en actifs d’entreprise (58% en actions, 17% en obligations et 8% en immobilier). L’insolente bonne tenue des marchés boursiers depuis le début de l’année (+22% pour le CAC40 notamment) participe donc logiquement à l’engouement des épargnants pour les UC et les bonnes performances régulières des SCPI (immobilier de bureau notamment) permettent aussi de développer les allocations immobilières dans les contrats d’assurance vie.

Le PER a séduit plus de 2 millions d’assurés

Ces UC sont même encore davantage présentes dans les Plans d’Epargne Retraite (PER) où elles représentent 46% des versements depuis le début de l’année. Depuis son lancement en octobre 2019, le PER a séduit plus de 2 millions d’assurés pour des encours de près de 24,3 milliards d’euros.

Quant à l’assurance vie, son encours continue à croître pour s’élever à 1.847 milliards d’euros, soit une progression de +4,7% sur un an.

a savoir

La FFA note que le dynamisme des transferts de contrats d’assurance vie rendus possible par la loi PACTE se confirme. Au 3e trimestre, 76.000 contrats ont été transférés pour un montant de 2,7 milliards d’euros. En cumul depuis le début de l’année, ce sont 329.000 contrats qui ont été transférés pour un montant de 11,3 milliards d’euros, contre 236.000 contrats pour 6,8 milliards d’euros en 2020. Depuis le début de l’année, ces transferts ont permis de réinvestir 1,9 milliard d’euros supplémentaire en UC.

Commentaires