Epargne retraite : entre Perp et assurance-vie, le choix va devenir plus difficile

Retraite Analyse 0

Actuellement beaucoup d’épargnants privilégient la souplesse de l’assurance-vie. Mais le projet de loi Pacte devrait rééquilibrer les avantages/inconvénients des deux produits.

Reuters

Pour préparer leur retraite, les épargnants hésitent souvent entre le Perp et l’assurance-vie. Le premier a l’avantage d’offrir une défiscalisation pendant la phase d’épargne. Mais en retour les fonds sont bloqués jusqu’à la retraite et la sortie se fait principalement en rente (sauf cas exceptionnels).

L’assurance-vie propose de son côté plus de souplesse. L’épargnant peu récupérer ses fonds quand il le souhaite et à la sortie il a le choix entre rente ou capital (avec dans ce cas une fiscalité avantageuse). Bien que n’offrant aucun avantage fiscal lors de la phase d’épargne, l’assurance-vie a donc très souvent la préférence des épargnants. Mais les choses sont peut-être sur le point de changer.

Le projet de loi Pacte, détaillé hier, ambitionne en effet de réformer les règles de l’épargne-retraite pour lui redonner de l’attrait.

Un cadre simplifié

Le gouvernement souhaite tout d’abord simplifier l’épargne-retraite en la partageant entre trois produits : deux produits collectifs (Perco/article 83) et un produit individuel. Ce produit individuel fera donc la fusion des Perp et Madelin (avec toujours un cadre adapté aux non-salariés).

Une portabilité pour tous les produits

Afin de faciliter la mobilité professionnelle, l’épargne accumulée sera transférable d’un produit à l’autre (gratuitement pour les détentions de plus de 5 ans).

Une sortie à la carte

Enfin, parmi les évolutions à venir, la principale concerne certainement les conditions de sortie. Une fois arrivé à la retraite, le détenteur du plan pourra décider de sortir en capital. La sortie en rente sera quant à elle encouragée fiscalement.

Des atouts supplémentaires pour le Perp

Le gouvernement a donc décidé de lever l’un des principaux freins actuels à la souscription de Perp : la sortie en rente. Rappelons en effet qu’en dehors des cas exceptionnels (décès du conjoint, fin de droits au chômage…), la sortie se fait aujourd’hui principalement en rente. Seule une part de 20% peut être récupérée sous forme de capital.

Avec un avantage fiscal à l’entrée, une plus grande lisibilité et une liberté de choix à la sortie, Le Perp (ou plus précisément son successeur) devrait retrouver de l’attrait aux yeux des épargnants. Le choix par rapport à l’assurance-vie se fera probablement autour d’une unique question : « en échange d’un avantage fiscal à l’entrée, suis-je prêt à bloquer mes fonds jusqu’à l’âge de la retraite ? ». Les épargnants répondant oui regarderont plutôt vers le Perp, les autres vers l’assurance-vie.

Commentaires (1)
  • cg2046
    cg2046posté le 19.06.2018 à 10:50

    « en échange d’un avantage fiscal à l’entrée, suis-je prêt à bloquer mes fonds jusqu’à l’âge de la retraite ? »
    D' ici là pour les plus jeunes, une bonne dizaine de gouvernements successifs, plus voraces les uns que les autres, auront modifié les règles fiscales. Alors bon courage à ceux qui vont s' embarquer dans un tel projet.

Epargne
Fiche Pratique0

La tontine, une solution de prévoyance méconnue

Créée au XVIIème siècle, elle permet aux épargnants de récupérer un capital à une date donnée en cas de survie. Une véritable assurance-vie en quelques sortes. Explications…

Lire la suite