Epargne : l’assurance-vie en tête au premier semestre

Tendance Analyse 0

Alors que les autres supports ont moins collecté qu’il y a un an, l’assurance-vie a multiplié ses flux entrants par six. Détails…

Creative Commons / Ken Teegardin

34,87 milliards d’euros. Tel est le niveau des flux d’épargne enregistrés au premier semestre sur les cinq principaux supports utilisés par les Français : Livret A, Assurance-vie, LDDS, livrets ordinaires, PEL.

Par rapport au premier semestre 2017, cette collecte globale a progressé de 11,7% (+3,66 milliards d’euros). Mais les résultats apparaissent très différents d’un support à l’autre.

L’assurance-vie loin devant

Après une année 2017 en demi-teinte, l’assurance-vie a clairement retrouvé les faveurs des épargnants. Elle est le seul des cinq supports évoqués à avoir vu sa collecte progresser. Le bond en avant est même spectaculaire puisque les flux nets entrants sont passés de 2,1 milliards d’euros à 12,3 milliards d’euros.

L’assurance-vie se positionne ainsi comme le principal réceptacle d’épargne cette année.

Les livrets un peu moins en vue

Les livrets ont de leur côté subi une légère érosion de leur collecte semestrielle : -3,3% pour le Livret A, -10,2% pour le LDDS et -23,9% pour les livrets ordinaires.

Les volumes sont malgré tout restés élevés avec 9,11 milliards d’euros au compteur pour le Livret A, 9,28 milliards d’euros pour les livrets bancaires ordinaires et 1,67 milliard d’euros pour le LDDS.

Le PEL à la traine

Le PEL est sans conteste le grand perdant du semestre. Autrefois mis à profit par les épargnants pour ses taux généreux, il est aujourd’hui pénalisé par la faible rémunération des nouveaux plans (1%) ainsi que par l’imposition immédiate des plans ouverts depuis janvier dernier.

Entre les premiers semestres 2017 et 2018, sa collecte a chuté de 86%, passant de 3,12 milliards d’euros à 493 millions d’euros. Le PEL a même été en décollecte au mois de juin.

Ne pas oublier les dépôts à vue

De par leur importance, il est enfin essentiel de ne pas négliger les dépôts à vue (principalement sur les comptes courants). A 21,8 milliards d’euros cette année, ils représentent près des deux tiers des sommes placées sur les supports évoqués ci-dessus.

Ils sont toutefois en recul de 23,5% par rapport à la première moitié de 2017. Ainsi, en cumulant les principaux supports d’épargne et les dépôts à vue, il apparaît que les Français ont mis un peu moins d’argent de côté au premier semestre 2018 (56,67 milliards d’euros contre 59,72 milliards d’euros un an plus tôt).

Commentaires
Epargne
Fiche Pratique0

Epargne : l'importance du taux réel

Le taux réel tient compte de l'inflation. Il est donc essentiel de le connaître pour vérifier si le capital se réévalue chaque année, surtout avec le retour actuel de l'inflation.

Lire la suite