Epargne Covid : les Français peu disposés à piocher dans leur bas de laine

Tendance Analyse 0

Selon un sondage, 47% des épargnants entend conserver l’argent mis de côté au plus fort de la crise sanitaire. Un tiers des Français veut même renforcer son effort d’épargne.

Les Français ne sont pas pressés d’utiliser le trésor de guerre amassé pendant la crise sanitaire. En raison des restrictions sur la consommation, du maintien des salaires, et des incertitudes économiques, 142 milliards d’euros d’épargne supplémentaire ont été mis de côté durant les confinements, selon le pointage réalisé par la Banque de France en avril dernier.

Malgré le redémarrage économique, la prudence semble toujours de mise chez les ménages selon une enquête réalisée par l’Ifop pour le Cercle de l’épargne, l’association d’assurés Amphitéa et AG2R La Mondiale. La neuvième édition du baromètre « Les Français, l’épargne, la retraite et la dépendance » montre que près de la moitié des Français (47%) ne souhaite pas piocher dans son épargne constituée au plus fort de la crise du Covid.

Conserver de l’argent "mobilisable à tout moment"

« Les épargnants veulent en priorité conserver cet argent mis de côté sous forme liquide et mobilisable à tout moment », explique André Renaudin directeur général d’AG2R La Mondiale. 33% des sondés veulent même augmenter leur effort d’épargne. Conscients qu’ils devront peut-être affrontés des coups durs, « les Français restent très méfiants. Ils ont besoin d’être pleinement rassurés sur le fait qu’il n’y aura pas de cinquième vague de l’épidémie pour qu’il y ait un vrai mouvement en faveur de la consommation », juge Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne.

Moins de 3 Français sur 10 seraient prêts à utiliser tout ou partie de leur cagnotte pour réaliser des achats, et seulement 12% sont disposés à réallouer cette épargne liquide vers des placements long terme (assurance-vie, actions, Plan d’épargne retraite). Mais tous les Français ne sont pas égaux face à l’épargne. Si 27% des personnes interrogées déclarent avoir économisé davantage durant la crise, elles sont 20% à avoir épargné moins, et 53% déclarent n’avoir épargné « ni plus, ni moins ».

L'immobilier devant l'assurance-vie et les actions

Dans cette enquête réalisée début septembre auprès d’un échantillon d’un peu plus de 1.000 personnes, l’immobilier est cité par 40% du panel comme « le placement à privilégier », en cas de taux durablement bas pour les Français qui ont les moyens d’épargner. Malgré leur très faible rémunération les livrets (Livret A,…) arrivent en deuxième position (25%).

Suivent l’assurance-vie en fonds en euros (21%) et les actions (19%). « A travers leurs réponses, les Français indiquent que la sécurité passe avant le rendement », souligne l’enquête. Pourtant, « Les livrets bancaires ordinaires sont rémunérés 0,09% en moyenne selon la Banque de France », rappelle Philippe Crevel. Ces dernières années, la rentabilité du livret A a aussi perdu de sa superbe.

A la question de savoir quel est le placement le plus « intéressant », une écrasante majorité d’épargnants (64%) donne là encore toujours la priorité à l’immobilier. Ce dernier précède l’assurance vie (48%) et les actions (39%).

Le Livret A reste le chouchou

Autre enseignement : Le Livret A est encore considéré comme un placement intéressant pour 26% des personnes interrogées. C’est 11 points de mieux qu’en 2020. Le livret A joue toujours son rôle traditionnel de valeur refuge. Il est tout particulièrement plébiscité par les plus jeunes pour qui il constitue parfois « l’unique porte d’entrée dans le monde de l’épargne », souligne l’enquête.

Il est considéré comme un « placement intéressant » par 43% des 18-24 ans alors qu’il n’est évoqué que par seulement 20% des plus de 50 ans. « Les plus âgés ont le souvenir que le livret A a rapporté beaucoup plus. Les plus jeunes n’ont pas ce repère », souligne Jérôme Jaffré, directeur du Cecop (Centre d’études et de connaissances sur l’opinion publique).

Actuellement au plus bas, le placement préféré des Français ne rapporte plus que 0,5%, bien loin des 4% servis en 2008, et du taux de 2,25 % au début des années 2010.

Moins d'Epargne retraite aussi...

Le baromètre du Cercle de l’épargne et d’Amphitéa s’est aussi penché sur le thème de la retraite. Il révèle que près de deux tiers des Français redoutent « la faillite du système d’ici quelques années », tout particulièrement les plus jeunes. Malgré cette crainte, plus de la moitié des personnes interrogées refuse un report de l’âge de départ à la retraite.

Avec la suspension de la réforme, l’inquiétude des Français sur leur pouvoir d’achat s’est un peu atténuée. Moins préoccupés par le niveau de leur pension, les sondés sont aussi moins nombreux à épargner « quand c’est possible » en prévision de leurs vieux jours. En 2021, seuls 51% des Français ont déclaré mettre de l’argent de côté pour leur retraite contre 61% en février 2019.

Commentaires (3)
  • Sebino
    Sebinoposté le 06.11.2021 à 06:41

    La question n est pas de piocher dans son épargne mais de la faire fructifier…et de piocher dans les revenus de cette épargne. C est tout à fait possible avec le crowdfunding et le crowdlending. En mal connus et surtout très monopoliser par les produits bancaires classiques. Encore un article hier dans Le Figaro qui oublie totalement le crowdfunding. Dommage, les rendements moyens sont à 9,3% brut annuel, les pertes sont anecdotiques.
    Regardez ce que c est, vous oublierez vite votre SCPI ou assurance vie qui coûte un bras et rapporte moins…

  • john-mev
    john-mevposté le 29.10.2021 à 16:47

    décidément c'est difficile de différencier
    "la moitié des personnes interrogées refuse un report"
    de
    "la moitié des personnes interrogées refuseNT un report"
    un peu de bon sens svp

  • Sebino
    Sebinoposté le 25.10.2021 à 22:21

    Quand l inflation est 2 fois plus importante que le taux du livret A…il faut au contraire investir et placer son argent dans l économie réelle, le crowdfunding est une excellente solution.
    Allez voir ce site pour vous en faire votre opinion. FaireVivreVotreArgent.com

Epargne
Analyse0

La crise sanitaire, cure de jouvence de la bourse parisienne

Une nouvelle génération d'investisseurs est arrivée sur les marchés avec le krach boursier de mars 2020. Apanage des neo-brokers, cette jeune clientèle est davantage attirée par le risque et les produits financiers complexes.

Lire la suite