Epargne : ce qu'a coûté la hausse des prélèvements sociaux depuis 10 ans

Tendance Analyse 0

Depuis 2008, les prélèvements sont passés de 11% à 17,2%. L'augmentation progressive de cette ponction a grignoté le rendement net de l'épargne.

Reuters

Les prélèvements sociaux sur les revenus du capital ont augmenté de 1,7 point en 2018. Ceci n'a toutefois pas été une première. Ces dernières années, les gouvernements successifs ont souvent actionné ce levier.

Une hausse continue

Sans remonter jusqu'à la période où ces prélèvements étaient inexistants, force est en effet de reconnaître que leur hausse marquée depuis seulement 10 ans a peu à peu amputé les rendements des produits d'épargne concernés (livrets, placements à terme, assurance-vie...)

Du fait des faibles amplitudes successives, chaque hausse a pu apparaître indolore. Le passage de 13,5% à 15,5% à l'été 2012 n'a par exemple pas eu d'effets dévastateurs. Pour un placement à 3% bruts, le rendement net de prélèvements est passé de 2,59% à 2,53%, soit 0,06% de perte de rémunération.

14 centimes de moins en 10 ans sur un taux à 3%

Il n'empêche qu'à plus long terme, la baisse de rémunération a été plus sensible. Rien que depuis la fin 2008, les prélèvements sont passés de 11% à 17,2%. Ainsi, pour un placement à 3%, la perte de rendement due à la seule hausse des prélèvements a été de 19 centimes (2,48% nets aujourd'hui contre 2,67% en 2008). Pour un placement à 4% bruts, l'écart grimpe à 25 centimes (3,31% contre 3,56%). Enfin, les produits offrant 5% de rémunération (SCPI notamment) ont vu leur taux net de prélèvements reculer de 31 centimes. Ils sous-tendent aujourd'hui un rendement net de 4,14% contre 4,45% il y a 10 ans.

Des compensations mais pas pour tous

Bien entendu, l'arrivée de la flat tax à 30% en 2018 a permis d'absorber la hausse des prélèvements. Nombre d'épargnants ont même été gagnants, grâce à une économie d'impôt bien supérieure à l'augmentation des prélèvements.

Mais il ne faut pas oublier ceux qui n'ont pas profité de la flat tax. C'est le cas des ménages non imposables. C'est aussi le cas des épargnants qui détiennent des produits uniquement soumis aux prélèvements sociaux (PEL ouverts avant 2018, PEA de plus de 5 ans...). Pour eux, la hausse de la CSG a bel et bien été réelle.

Du rendement brut au rendement net
*Prélèvements sociaux, rendements avant impôt éventuel, L'Argent & Vous
Rendement brutRendement net avec les PS* de 2008 (11%)Rendement net avec les PS* de 2018 (17,2%)
1%0,89%0,83%
1,5%1,33%1,24%
2%1,78%1,66%
2,5%2,22%2,07%
3%2,67%2,48%
3,5%3,11%2,90%
4%3,56%3,31%
Commentaires