Comment doubler un capital ?

Tendance Analyse 0

Au vu des taux actuels, l'objectif parait difficilement réalisable à court terme. En revanche, il faudrait trouver un placement à 3,53% sur 20 ans pour multiplier sa mise par 2.

Boursier.com

Récemment, L’Argent & Vous a fait quelques simulations afin de déterminer le temps nécessaire pour doubler un capital avec les produits d’épargne les plus courants. Mais il est également possible de faire le raisonnement inverse en prenant comme référence de départ l’horizon de placement souhaité. En clair, quel taux faut-il pour doubler un capital si l’on souhaite placer son argent pendant un nombre d’années déterminé ?

Une utopie à court terme

A très court terme, vouloir multiplier sa mise par 2 s’apparente évidemment à une utopie. Sur 2 ans, il faudrait par exemple dénicher un rendement annuel moyen de plus de 41%. En 5 ans, l’idée apparaît tout aussi improbable puisque le rendement annuel requis est proche de 15%. Seul l’investissement dans une jeune entreprise prometteuse peut laisser espérer une telle issue… mais au prix d’un risque très élevé.

A partir de 10 ans, les rendements nécessaires deviennent un peu plus raisonnables bien que toujours éloignés des performances actuelles des principaux placements. Le taux annuel moyen à exiger est de 7,18% sur 10 ans et de 4,73% sur 15  ans.

Pas plus de 3,5% au-delà de 20 ans

En fait, si votre objectif est de doubler votre capital, il faudra vous armer de patience. Vous pourrez notamment y parvenir en 20 ans avec un taux moyen de 3,53% et en 25 ans avec une performance annuelle moyenne de 2,81%. Une perspective assez réaliste avec une assurance-vie en UC.

Enfin, si vous être prêt à attendre 50 ans, vous pourrez vous contenter d’un taux de 1,40%. Ce qui reste malgré tout deux fois plus élevé que la rémunération actuelle d’un Livret A.

Ne pas oublier la fiscalité et l’inflation

Ces quelques chiffres montrent en tout cas qu’il est inenvisageable de doubler un capital sans basculer de l’épargne prudente à l’investissement risqué… sauf à accepter de patienter pendant de très longues années (plus qu’une vie active).

Ces calculs doivent de surcroît être regardés avec prudence car ils présentent des taux nets de fiscalité. Or, qu’il s’agisse de plus-value ou d’intérêts, les gains issus des placements sont la plupart du temps soumis à l’impôt et aux prélèvements à 15,5%. Rappelons par exemple que pour dégager 3,5% d’intérêts nets, il faut  trouver un taux de 6,4% si l’on est imposé dans la tranche à 30%.

Il est également important de souligner qu’il faut en outre tenir compte de l’inflation car un capital multiplié par 2 ne gagnerait aucun pouvoir d’achat avec des prix également multipliés par 2. Si l’objectif est de doubler le pouvoir d’achat de son capital, il faut donc raisonner en taux réel, c’est-à-dire inflation déduite… ce qui accroît encore un peu plus l’exigence de rendement brut.

Taux nécessaire pour doubler un capital en fonction de la durée
L'Argent & Vous
Années de placementTaux annuel moyen
241,42%
514,87%
107,18%
154,73%
203,53%
252,81%
501,40%
Commentaires
Epargne
Fiche Pratique0

SCPI : tout savoir sur le délai de jouissance

Le délai de jouissance est la période qui suit l’acquisition des parts et durant laquelle le souscripteur n’a pas droit aux dividendes. Détails…

Lire la suite