Avec un rendement supérieur à 9%, le crowdfunding immobilier fait régulièrement de nouveaux adeptes

Tendance Analyse 0

La collecte annuelle du crowdfunding immobilier se rapproche du milliard d’euros.

Reuters

L’appel d’un rendement élevé proche de 10% a permis au crowdfunding immobilier de trouver une nouvelle dimension en 2021, certainement en captant une petite partie du surplus d’épargne accumulé par les ménages. La collecte annuelle du crowdfunding immobilier se rapproche du milliard d’euros, en hausse d’au moins 80% par rapport à 2020. Le site HelloCrowdfunding a ainsi comptabilisé plus de 1.000 projets financés en 2021 pour un montant global supérieur à 950 millions d’euros à comparer à un peu plus de 500 millions d’euros en 2020.

Cette forte croissance confirme bien sûr la poursuite de la démocratisation de ce placement non garanti mais très attrayant compte tenu de prises de risques relativement limitées. Le crowdfunding immobilier est aussi adopté par une part croissante de professionnels de l’immobilier pour compléter leurs financements bancaires ou leurs besoins en fonds propres. Depuis deux ans, la collecte d’opérations de marchands de biens (achat de biens qui sont ensuite rénovés ou valorisés puis revendus avec une plus-value) a notamment vu sa part augmenter rapidement. La construction de programmes résidentiels neufs retrouve en parallèle des couleurs depuis la mi-2021 après une phase de retard dans les autorisations de permis de construire.

9,2% de rendement en 2021

HelloCrowdfunding calcule un rendement brut moyen de 9,2% pour les projets financés en 2021, un niveau quasiment stable depuis deux ans (9,3% en 2020 et 9,2% en 2019). Avec une telle rentabilité qui se situe autour de 6,5% net après application du prélèvement forfaitaire unique de 30%, on comprend mieux pourquoi les particuliers se tournent de plus en plus vers ce placement. On reste par exemple deux fois au-dessus du rendement des SCPI, avec en prime une fiscalité plus avantageuse. Il n’y a guère que des placements plus risqués et volatils comme la bourse pour espérer faire mieux.

Un taux de retard supérieur à 10%

Attention quand même, plus de 10% des projets en cours connaissent des retards de remboursement. HelloCrowdfunding recense actuellement 165 retards sur 1.572 projets en cours. Un projet est considéré comme étant en retard lorsque l'échéance maximale de remboursement prévue contractuellement est dépassée. Ce taux ne prend donc pas en compte les retards mineurs qui sont fréquents (conditions météo, travaux plus longs que prévu, aléas administratifs…) et conformes au délai de prorogation réglementaire de 6 mois.

Pour la plupart de ces projets en retard de quelques mois, il n’y a rien d’alarmant et les épargnants continuent d’ailleurs à percevoir leurs intérêts pendant cette phase de prolongation. On peut cependant s’inquiéter pour une toute petite partie des projets en retard depuis plusieurs années. Une vingtaine de projets cumulent actuellement des retards de 3 ans ou plus, avec souvent des procédures judiciaires engagées. Il faut donc d’attendre à ce que certains d'entre eux, voire la plupart, fassent défaut avec des pertes partielles ou totales pour les investisseurs. Ramené à un total d’environ 3.000 projets financés depuis les débuts du crowdfunding immobilier, le taux de défaut resterait inférieur à 1%.

a savoir

Le crowdfunding immobilier consiste à prêter des fonds sur une courte période (un peu moins de 2 ans en moyenne) à des professionnels (le plus souvent un apport en fonds propres en complément d’un prêt bancaire) par l’intermédiaire d’une plateforme spécialisée. Le ticket d’entrée est très accessible, à partir de 1.000 € ou même moins selon les plateformes. Les intérêts sont perçus à l’échéance, en même temps que le remboursement du capital.

Commentaires
Epargne
Actu0

2021 signe un nouveau record de transactions boursières

Arrivés en masse avec la crise sanitaire, les particuliers français ont continué d’affluer sur les marchés financiers l’année dernière. En 2021, le nombre d’ordres passés sur les actions cotées admises en Europe n’a jamais été aussi élevé.

Lire la suite