Assurance-vie : vers une baisse des rendements 2013 de 0,2%

Assurance-Vie Analyse 0

Les premiers chiffres publiés confirment le recul du marché attendu par les professionnels. Il faut de surcroît s’attendre au mieux à une stagnation des performances en 2014

Reuters

La tendance se confirme. Au vu des premiers chiffres publiés par les assureurs, le rendement moyen du marché de l’assurance-vie devraient bel et bien se situer autour de 2,7% en 2013, en recul de 0,2% par rapport à 2012. « Les grands opérateurs qui ont déjà publié leurs données s’inscrivent dans cette tendance », souligne Cyrille Chartier-Kastler, fondateur de Good value for money. C’est notamment le cas d’Axa qui a annoncé un rendement de 2,7% (contre 2,9% en 2012) pour le fonds en euros de ses principaux contrats.

Certes, quelques compagnies ont fait part de performances en hausse. Mais comme le rappelle l’expert, elles pèsent peu à l’échelle du marché de l’assurance-vie en euros.

Parmi les points positifs de l’année, les assureurs ne semblent pas avoir eu besoin de piocher à l’excès dans leurs réserves, les PPE (provisions pour participation aux excédents). Autrement dit, ils conservent un matelas pouvant être mobilisé pour soutenir les performances futures en cas de difficultés sur les marchés.

Ces réserves pourraient d’ailleurs être utiles en 2014. « Tout dépendra de l’évolution des OAT. Au mieux, on peut espérer des rendements de 2,7% en 2014. Mais si on reste sur les tendances de marchés actuelles, le rendement moyen baissera encore de 0,2% », prévient Cyrille Chartier-Kastler.

Les craintes concernant l’année en cours tiennent essentiellement à l’inertie du marché de l’assurance-vie. Jusqu’ici, les assureurs ont profité des rendements élevés offerts par certaines obligations acquises jusqu’en 2008. Désormais, ils vont devoir composer avec les titres achetés durant la crise et dont les rendements sont au plancher.

Commentaires
Epargne
Fiche Pratique0

Assurance-vie : quid en cas de divorce ?

Selon la manière dont a été alimenté le contrat, le divorce peut conduire à un partage de sa valeur même s’il a été ouvert par un seul des deux conjoints

Lire la suite