Assurance-vie : mais où est placé votre argent ?

Assurance-Vie Analyse 0

Les fonds en euros classiques sont investis à 80% dans des obligations

Reuters

En investissant dans une assurance-vie via un contrat en euros, un épargnant a la certitude de récupérer au minimum son capital. L'assureur a donc une double mission : protéger les sommes engagées tout en essayant de réaliser de bonnes performances. Quelle est alors la recette appliquée ?

Au moins 70% d'obligations

Le prescripteur d'assurance Good Value for Money (GVfM) vient de donner un début de réponse en faisant la synthèse des politiques d'investissement de 25 sociétés du secteur. Il apparaît ainsi que les fonds euros classiques (sécurisés) misent avant tout sur les obligations. Fin 2012, tous les fonds euros étaient composés d'au moins 70% d'obligations, la moyenne étant de 80% (qu'il s'agisse d'obligations d'états ou d'entreprises).

Pour le reste, les actions représentaient 8% des actifs et les produits monétaires 5,5%. Un peu plus en retrait, l'immobilier ne pesait fin 2012 que 5% au sein des fonds en euros. GVfM précise toutefois avoir détecté sur ce plan une grande dispersion, certains ayant poussé le curseur sur l'immobilier à près de 10% dans certains fonds.

40% d'actions et d'immobilier dans les dynamiques

De leur côté, les fonds en euros " dynamiques ", qui ambitionnent de produire un peu plus de rendement, ont logiquement adopté des positions plus offensives. Avec une poche obligataire limitée à 47% en moyenne, ils ont ciblé plus directement l'immobilier (20%) et les actions (21%).

Pour GfVM, ces fonds dynamiques représentent d'ailleurs une alternative intéressante dans une période de taux bas, même si un coup de froid sur les actions n'est pas à exclure. En tout cas, compte tenu des fortes disparités constatées entre les différents fonds en matière de politique d'investissement, GVfM n'oublie pas de rappeler qu'il est essentiel pour l'assuré de vérifier que l'allocation d'actifs du fonds choisi correspond bien à ses objectifs personnels.

Commentaires
Epargne
Actu0

Les sorties de PEA bientôt soumises à la flat tax ?

Un amendement au PLF adopté par le Sénat prévoit de soumettre au PFU de 30% les gains issus d’un PEA en cas de sortie avant 5 ans. Au-delà, les PEA resteraient exonérés d’impôt.

Lire la suite