Assurance-vie : les euro-croissance ne décollent toujours pas !

Assurance-Vie Analyse 0

D’après les données collectées par L’Argent & Vous auprès de la FFA, on ne comptait que 141.000 contrats fin 2016, avec des encours pesant seulement 0,11% du marché de l’assurance-vie.

Creative Commons / Ken Teegardin

Ils étaient présentés comme une innovation permettant aux épargnants d’allier le dynamisme des unités de compte à la sécurité des fonds en euros. Mais trois ans après leur lancement, force est de constater que les « euro-croissance » n’ont toujours pas décollé.

0,11% des encours

Selon les chiffres obtenus par L’Argent & Vous auprès de la Fédération française de l’assurance (FFA), seuls 141.000 contrats étaient ouverts fin 2016, contre 123.000 fin 2015. Par rapport à un marché de l’assurance-vie qui compte 54 millions de contrats, cela représente environ 1 contrat sur 380.

Le bilan est tout aussi modeste du côté des encours. Certes, ils ont progressé entre 2015 et 2016, passant de 1,7 milliard à 1,9 milliard d’euros. Toutefois, cela pèse bien peu à l’échelle du marché de l’assurance-vie : 0,11% d’un total d’encours évalué à 1.632 milliards d’euros à la fin de l’année dernière.

Le gouvernement a bien eu l’idée de réagir l’année dernière en autorisant des transferts de plus-value au profit des euro-croissance, pour dynamiser le marché. Mais les professionnels sont loin d’en faire une promotion active. Il faut dire que le contexte actuel n’est guère porteur pour ces produits.

Fonctionnement des euro-croissance

Le principe des euro-croissance est simple. Contrairement à un contrat en euros qui garantit le capital à tout moment, la garantie de l’euro-croissance n’est valable qu’au terme d’une échéance convenue (au minimum 8 ans).

L’assureur peut donc investir une proportion du capital sur des actifs dynamiques. De fait, il n’a besoin de placer qu’une partie des fonds à un taux sécurisé pour être certain de retrouver à terme le capital de départ.

En supposant par exemple un investissement de 10.000 euros à un horizon de 8 ans, il suffit de placer 8.535 euros à 2% pour retrouver 10.000 euros au bout de 8 ans. On peut alors engager la différence (1.465 euros) sur des actifs plus rémunérateurs.

Des taux bas qui n’aident pas

Pour que cette stratégie fonctionne, encore faut-il que les taux sans risque ne soit pas proches de 0. Car plus les taux sont bas, plus la poche à attribuer aux actifs risqués est faible. En prenant cette fois un taux de 0,5%, il faudrait sécuriser 9.608 euros (soit presque la totalité du capital) pour être certain de retrouver ses 10.000 euros après 8 ans.

En résumé, les euro-croissance sont avant tout pénalisés par l’environnement actuel de taux bas, qui ne les aident pas à afficher un différentiel de performances suffisamment attractif par rapport aux fonds en euros.

Enfin, un autre facteur peut expliquer leur échec. Nombre d’experts ont rappelé depuis 3 ans que chaque épargnant pouvait créer son propre contrat euro-croissance, via un contrat multi-support mêlant fonds en euros et unités de compte. Dès lors pourquoi prendre du prêt-à-porter quand on peut faire du sur-mesure ?

L'assurance-vie euro-croissance
Source : FFA
Fin 2016Fin 2015EvolutionEvolution en %
Nombre de contrats141.000123.000+ 18.000+15%
Encours1,9 Md€1,7 Md€+ 200 M€+11%
Commentaires
Epargne
Actu0

De nouvelles pistes pour investir dans l’immobilier sans IFI

Spécialisée dans la transformation d’actifs urbains obsolètes telles que des friches industrielles ou d’anciens immeubles de bureaux, Novaxia propose des fonds destinés à la valorisation d’actifs immobiliers qui ne sont pas imposés à l’IFI.

Lire la suite