Assurance-vie en euros : des rendements moins généreux pour les « vieux contrats »

Assurance-Vie Analyse 0

En règle générale, les contrats fermés à la commercialisation offrent des performances inférieures. A l’échelle du marché, l’écart est de 0,27 point. Détails…

Creative Commons / Ken Teegardin

Les assurés sur la vie le savent, le rendement moyen du marché des fonds en euros n’est qu’indicatif. Les performances peuvent varier fortement d’un établissement à l’autre.

Il faut aussi rappeler que les taux annoncés par les assureurs eux-mêmes méritent souvent d’être regardés de plus près. Parfois, il s’agit d’un taux moyen à l’échelle de la compagnie, qui masque des écarts selon le type de clientèle. Parfois, les assureurs se contentent également d’annoncer les rendements des contrats ouverts, c’est-à-dire des contrats encore commercialisés. Mais cela ne correspond pas nécessairement à ce que touchent tous les assurés.

Favoriser les contrats encore commercialisés

Les assureurs ayant besoin d’assurer la promotion des contrats offerts à la commercialisation, ils sont logiquement tentés d’améliorer la rémunération des fonds en euros proposés sur ces contrats. A l’inverse, pourquoi servir des taux élevés sur des contrats fermés à la commercialisation, qui ne peuvent plus permettre de recruter des clients ?

Cette dichotomie ressort clairement de l’analyse annuelle du marché effectuée par Facts & Figures. L’an passé, les détenteurs de contrats ouverts ont gagné en moyenne 1,93% avec leurs fonds en euros. Côté contrats fermés, la performance n’a été que de 1,66%.

Toutes les catégories d’intermédiaires effectuent de surcroît la distinction. Dans les mutuelles et chez les bancassureurs, l’écart de rendement dépasse 0,30 point. Pour les CGPI, il s’élève à 0,14 point. Quant aux assureurs traditionnels, s’ils marquent moins la différence, ils privilégient tout de même les contrats ouverts avec un rendement moyen de 2,37%, contre 2,28% pour les contrats fermés.

Commentaires
Epargne
Fiche Pratique0

Assurance-vie : quid en cas de divorce ?

Selon la manière dont a été alimenté le contrat, le divorce peut conduire à un partage de sa valeur même s’il a été ouvert par un seul des deux conjoints

Lire la suite