Un tiers des Français considèrent s’être mal préparés au financement de leur retraite

Retraite Actu 0

L'âge idéal moyen de départ en retraite pour les Français serait de 61 ans, selon une enquête OpinionWay pour la Carac. Plus de la moitié des retraités n'ont commencé à la financer que 10 ans avant ou moins...

iStock

Si la retraite est perçue par la grande majorité des Français comme une période de vie positive, synonyme de temps pour soi et pour ses proches, de repos, de sérénité et d’une « seconde vie », les difficultés financières liées à leur perte de pouvoir d’achat et l’isolement qu’elle peut procurer en inspirent à un quart d’entre eux une perception négative, rapporte un sondage OpinionWay réalisé pour la mutuelle Carac.

Dossier brûlant du nouveau quinquennat, sur lequel la nouvelle Assemblée nationale promet de se livrer à un violent bras de fer politique, la réforme des retraites, laissée sur le bord de la route avec la pandémie, revient sur le devant de la scène dans le contexte de l’inflation galopante.

Alors que l’exécutif devrait peiner à trouver une majorité en faveur de sa proposition d’âge légal de départ à 65 ans – là où la Nupes et le RN entendent l’abaisser à 60 ans, l’âge idéal de départ pour les Français serait à 61 ans, selon OpinionWay.

D’après cette enquête, 58% des Français retraités sont insatisfaits du montant de leur retraite légale – qui s’élève en moyenne à 61% de leur revenu antérieur - et 60% ont mis en place une solution complémentaire de financement : 29% l’ont fait entre 11 et 20 ans avant leur retraite, 27% entre 6 et 10 ans, 25% entre 1 à 5 ans, et 6% moins d’un an avant.

60.000€ de complément personnel en moyenne

Les solutions de complément de retraite adoptées sont dans près d’un cas sur deux, l’épargne (livrets, PEE…), loin devant l’assurance vie (17%), l’immobilier (12%), et le Plan d’épargne retraite, solution récente mais déjà adoptée par 9% des sondés.

En moyenne, le montant moyen global mis de côté par les Français s’élève à 60.377€.

Environ un tiers des retraités considèrent s’être mal préparés au financement de leur retraite. Si c’était à refaire, les retraités s’y seraient préparé dès 40 ans et auraient adopté une solution financière comme le PER (38% des sondés), l’épargne (36%) et l’immobilier (29%).

La situation internationale en tête des inquiétudes actuelles des retraités

Pour autant, les difficultés financières ne figurent pas en tête des inquiétudes des retraités. Ce sont d’abord les conflits internationaux, l’avenir de leurs enfants et petits-enfants, leur santé et celle de leur conjoint ainsi que la perte d’autonomie qui demeurent leurs principales préoccupations.

A noter que les deux tiers continuent d’aider financièrement leurs proches, à hauteur de 182€ par mois en moyenne : 211€ pour un enfant, et 87€ pour un petit-enfant.

Commentaires