Seniors, actifs : des patrimoines bien différents

Tendance Actu 0

Si les seniors ont sans surprise un patrimoine moyen supérieur à celui des actifs, la ventilation varie aussi en fonction de l’âge.

Creative Commons / Ken Teegardin

D’une façon général, le patrimoine moyen des ménages croît avec l’âge. Ce constat vient à nouveau d’être confirmé par la version 2018 du Portrait social de la France (Insee). Sur la base de données de 2015, les foyers dont la personne de référence a entre 25 et 64 ans détiennent en moyenne 266.600 euros bruts. Au-delà de 65 ans, le patrimoine moyen passe à 304.900 euros. Cet écart n’a rien d’étonnant dans la mesure où un ménage construit son patrimoine tout au long de sa vie active.

Ceci étant, les tableaux présentés dans le cadre de cette étude permettent surtout d’analyser le sujet un peu plus en détail.

Un pic entre 65 et 69 ans

Le patrimoine ne progresse pas tout au long de la vie. Qu’il s’agisse d’assurer un train de vie ou d’anticiper une transmission, nombre de ménages se délestent progressivement de leur patrimoine une fois à la retraite. Ainsi, le pic de patrimoine moyen est atteint entre 65 et 69 ans (351.600 euros). De 70 à 74 ans, il passe à 318.300 euros et chute à 264.900 euros au-delà de 80 ans.

Une plus forte progression chez les seniors

Du fait de la hausse des prix de l’immobilier et d’un taux d’épargne élevé, le patrimoine des Français a progressé à un rythme soutenu depuis 1998. Toutefois, la hausse a été un peu plus forte chez les seniors. Leur patrimoine en euros courants a été multiplié par 2,2, contre 1,9 pour celui les actifs.

Moins d’inégalités chez les seniors

Le patrimoine est plus équitablement réparti du côté des seniors. En témoigne leur indice de Gini de 0,607 (à comparer à 0,627 pour les actifs). Ceci tient surtout au fait que les seniors sont moins nombreux parmi les ménages les moins bien dotés en patrimoine.

7,3% seulement des seniors sont parmi les 10% de foyers aux patrimoines les plus faibles. Les actifs sont 11,1% dans ce cas. A l’inverse, la proportion de seniors est plus élevée que celle des actifs autour du patrimoine médian.

Des dettes qui baissent au fil du temps

Les actifs étant en phase de constitution de patrimoine, ils sont logiquement plus endettés. En moyenne, leurs dettes représentent 17,8% de leur patrimoine brut. Chez les seniors, l’endettement se limite à 0,3%.

Ainsi, l’écart s’accroît encore si l’on regarde le patrimoine net avec en moyenne 219.145 euros chez les actifs et 300.940 euros du côté des seniors.

Le même goût pour l’immobilier

Les Français aiment l’immobilier et cela se vérifie quel que soit l’âge. Chez les actifs, il représente 62% du patrimoine brut. Les seniors sont proches avec un taux de 60%.

Les seniors ont surtout un goût plus prononcé pour les actifs financiers (26,8% du patrimoine contre 18% chez les actifs). L’explication est simple. Du fait de leur position dans le cycle de vie, les actifs ont un patrimoine professionnel qui représente 12,5% de leurs biens. Or, ce patrimoine professionnel est généralement converti en patrimoine financier à l’âge de la retraite.

Certaines particularités demeurent cependant. Les seniors apprécient particulièrement l’assurance-vie. Elle compte pour 45% de leur patrimoine financier alors que les actifs n’y consacrent que 31% de leur épargne financière. Les seniors mettent par ailleurs davantage l’accent sur la détention de valeurs mobilières (21% contre 15%).

Les actifs sont de leur côté plus friands de livrets (20,9% contre 17,1%). Compte tenu de leur situation, ils misent aussi davantage sur l’épargne-logement (9,9% contre 4,3%).

Commentaires
Epargne
Actu0

Les sorties de PEA bientôt soumises à la flat tax ?

Un amendement au PLF adopté par le Sénat prévoit de soumettre au PFU de 30% les gains issus d’un PEA en cas de sortie avant 5 ans. Au-delà, les PEA resteraient exonérés d’impôt.

Lire la suite