SCPI fiscales : une solution de défiscalisation pour la fin d’année

Tendance Actu 0

Le choix est cependant limité : Primaliance rappelle qu’on ne compte aujourd’hui que 6 SCPI fiscales sur le marché.

iStock

La plateforme de distribution de SCPI Primaliance a passé en revue l’offre disponible en matière de SCPI fiscales, ces placements immobiliers indirects qui permettent de bénéficier de réductions d’impôt associées aux différents dispositifs fiscaux existants : Denormandie, Pinel, Malraux ou Déficit Foncier.

Ces SCPI fiscales ont l’avantage de pouvoir être souscrites rapidement et d’éviter tous les soucis de gestion et de sélection des biens immobiliers comme c’est le cas pour l’achat en direct d’un logement neuf Pinel ou de la rénovation d’un logement ancien en Denormandie. Le ticket d’entrée est également beaucoup plus abordable, généralement autour de 5.000 €. A l’approche de la fin d’année, les SCPI fiscales font donc partie de l’arsenal des placements de défiscalisation pour réduire son impôt à payer en 2022.

Le choix est cependant beaucoup plus limité que pour les SCPI classiques puisque Primaliance rappelle qu’on ne compte aujourd’hui que 6 SCPI fiscales sur le marché.

Pinel et Denormandie

Avec une SCPI Pinel, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt identique à un investissement Pinel en direct, allant jusqu’à 21% sur 12 ans. Concrètement, la réduction d’impôt correspond à 2% de l’investissement initial chaque année pendant 9 ans, puis 1% par an pendant 3 ans. Pour un investissement de 10.000 € en 2021, l’économie d’impôt sera par exemple de 200 € par an de 2022 à 2030, puis de 100 € par an de 2031 à 2033. Un seul choix est disponible cette année : la SCPI Urban Vitalim 3 qui investit d’ailleurs souvent dans l’immobilier à réhabiliter en centre-ville. Son ticket d’entrée est de 5.000 €.

Les mêmes avantages sont offerts avec une SCPI Denormandie qui va investir dans un parc immobilier ancien à rénover. Un seul choix ici aussi avec la SCPI Kyaneos Denormandie 2.

Déficit Foncier

Investir dans une SCPI de déficit foncier permet de déduire le montant des travaux de ses revenus fonciers ou de ses revenus globaux, dans la limite d'un plafond annuel de 10.700 €. La SCPI se charge bien sûr de sélectionner les immeubles, de réaliser les travaux, de mettre ensuite les logements en location et d’assurer la gestion locative. L’investisseur devra cependant patienter plusieurs années avant de recevoir des dividendes sur les loyers. L’offre est composée cette année de 2 SCPI : Renovalys 7 permet de déduire 43% de son investissement en travaux de ses revenus fonciers et/ou revenus globaux sur une année et Urban Pierre 5 offre une déduction de 54% de l’investissement répartie sur deux années.

Jérémy Schorr, directeur commercial de Primaliance, rappelle que la déduction des travaux permet un gain fiscal très important dans la mesure où elle vient gommer les revenus les plus fortement taxés en France : les revenus fonciers. « Ceux-ci sont imposés à hauteur de la tranche marginale d’imposition (30%, 41%, 45%) en addition des prélèvements sociaux de 17,2%. L’économie d’impôt peut donc monter jusqu’à 62,2% », précise Jérémy Schorr.

Malraux

En contrepartie d’une mise en location pendant 9 années, la défiscalisation Malraux est de 30% du montant des travaux réalisés en secteur sauvegardé (limité à 100.000 € par an) et 22% du montant des travaux réalisés en zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysage (ZPPAUP), également dans la limite de 100.000€ par an pendant au maximum 3 ans. Primaliance renvoie vers la SCPI Urban Prestigimmo 5 qui vise un ratio de travaux de 65% afin de générer pour l’investisseur une économie d’impôt de 18% de son investissement. Son ticket d’entrée est de 5.000 €.

Commentaires
Epargne
Analyse0

La crise sanitaire, cure de jouvence de la bourse parisienne

Une nouvelle génération d'investisseurs est arrivée sur les marchés avec le krach boursier de mars 2020. Apanage des neo-brokers, cette jeune clientèle est davantage attirée par le risque et les produits financiers complexes.

Lire la suite