Scandale Bio C'Bon : 5.000 épargnants menacés par la chute d'une foncière

Retraite Actu 0

Révélée ce week-end par Le Figaro, la déroute de la foncière Marne & Finance, liée à Bio C'Bon, est un nouveau coup de massue pour les épargnants de l'enseigne.

Reuters

Les déboires des épargnants de Bio C’Bon se poursuivent : selon des informations de nos confrères du Figaro, la foncière Marne & Finance qui a investi dans les murs de ses boutiques à travers son fonds ICBS, serait au bord de la faillite.

Elle pourrait entraîner dans sa chute quelque 5.000 particuliers ayant investi 260 millions d’euros dans ce placement qui leur avait promis « 5 à 6% de rendement par an et un capital garanti à 100% ». Mais voici un an que Marne & Finance n’a pas honoré les demandes de rachats de ses investisseurs.

En très mauvaise passe depuis deux ans, lourdement endettée, puis prise dans la tempête de la crise sanitaire, la foncière semble logiquement suivre le destin de Bio C’Bon. Mise en redressement judiciaire, puis reprise par Carrefour en novembre, Bio C’Bon a déjà laissé en suspens quelque 2.850 petits porteurs pour un montant total d’investissement de 120 millions d’euros.

Les difficultés de Marne & Finance sont un nouveau coup dur pour ces particuliers dont beaucoup avaient souscrit aux deux placements : celui de Bio C’Bon, et le fonds ICBS.

Promesses de rachats & déconvenues judiciaires

D’après Le Figaro, 450 demandes de rachats ICBS avaient été formulées en décembre par l’intermédiaire de conseils en gestion de patrimoine. Marne & Finance leur a proposé deux options : un paiement annuel du capital dû pendant cinq ans, ou un remboursement intégral dans deux ans avec intérêts. Mais des doutes légitimes planent sur sa capacité à honorer ces promesses.

Condamnée ce week-end à verser 525.000 euros à six premiers épargnants lésés, la foncière est également poursuivie au pénal par un groupe d’investisseurs pour pratiques commerciales trompeuses et abus de confiance. Elle vient par ailleurs d’être condamnée à verser 800.000 euros à un réseau de CGP pour non-paiement de commissions.

Commentaires