Sanction de 10 millions d’euros pour Generali Vie

Assurance-Vie Actu 0

La filiale de Generali est sanctionnée d'une amende et d'un blâme par l'ACPR, notamment pour pas ne pas avoir respecté les clauses de revalorisation financière prévues dans certains de ses contrats.

Heinz-Peter Bader / Reuters

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a infligé à Generali Vie, filiale française de l’assureur italien, une lourde amende de 10 millions d'euros, assortie d'un blâme. Le gendarme de l’assurance a émis à son encontre plusieurs griefs, parmi lesquels d’avoir causé un préjudice financier à ses clients de plusieurs millions d'euros en ne respectant pas ses engagements contractuels concernant des produits d’épargne retraite.

Préjudice pour les épargnants

En outre, Generali Vie « n’a pas respecté les clauses de revalorisation financière prévues dans certains de ses contrats » selon l’ACPR, qui note que depuis 2009, la compagnie « n’a pas appliqué la formule prévue par les conditions générales des contrats « FipAvenir 83 », « Horizon 2000 » et VE », causant aux assurés un préjudice compris entre 3,1 et 3,6 millions d’euros. L’assureur indique en retour avoir « rétabli les assurés dans leurs droits en engageant un vaste plan d’actions correctrices qui l’ont conduite à leur reverser près de 4 millions d’euros, montant qui, selon les estimations de l’entreprise, correspond au préjudice subi par ceux-ci ».

« Erreurs de gestion »

« Les erreurs de gestion visées par cette sanction portent sur un nombre très limité de contrats (moins de 0,03 % de l'encours retraite de la compagnie) et concernent 0,9 % des clients pour des montants très faibles », souligne au quotidien "Les Echos" un porte-parole de Generali en France, précisant que ces griefs concernent « pour l'essentiel » des « erreurs de gestion concernant des générations de produits qui ne sont plus en cours de commercialisation et qui ont été repris dans le cadre des opérations de fusions-acquisitions successives ».

Commentaires (2)
  • Vido25
    Vido25posté le 20.03.2020 à 14:13

    Il est vrai que ces assureurs, il ne faut pas leur taper trop fort sur les doigts, car c'est bien connu ils ont de petits moyens, c'est pourquoi ils sont si prompts à encaisser mais beaucoup plus frileux pour dédommager leurs assurés dans le cas d'un sinistre.

  • gilopero
    giloperoposté le 20.03.2020 à 10:17

    "causant aux assurés un préjudice compris entre 3,1 et 3,6 millions et SANCTION DE 10 MILLIONS D’EUROS"
    La sanction je la trouve sévère vis à vis du préjudice x 3,si ils en faisaient autant pour tout les délits cela deviendrait un risque à la ruine pour tout fraudeurs,escrocs des détournements des biens publiques sur le dos des contribuables