Retraites : moins de dépenses que prévu en 2021

Retraite Actu 0

D'après le rapport du Conseil d'orientation des retraites, le besoin en financement du système actuel devrait être réduit de 0,1 point de PIB en 2021. En dépit de ces projections, aucun retour à l'équilibre n'est attendu d'ici à 2040.

Reuters

Le rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR) qui sera publié dans la journée montre que les dépenses des régimes de retraite seront inférieures aux projections réalisées en novembre.

Consulté par Les Echos, le rapport du COR évalue que sur les 25 prochaines années, le besoin de financement du système des retraites devrait être compris entre zéro et 0,6 point de PIB en moyenne annuelle (environ 14 Md€ sur la base du PIB 2019), pour une croissance des revenus d’activité de 1,3% des revenus d’activité sur le long terme.

Ce scénario montre une amélioration du solde financier entre 2021 et 2045 de 0,3 point de PIB par rapport aux précédentes projections, amélioration principalement due à la révision des perspectives de dépense des retraites, à 13,7% du PIB en 2025 contre 14,7% en 2020.

Espérance de vie et surmortalité Covid

Ces moindres dépenses reposent sur trois principaux facteurs, rapporte le quotidien économique : un scénario pessimiste sur l'espérance de vie – le COR ayant retenu celui s'avérant "le plus fidèle depuis 2014" - la surmortalité enregistrée en 2020 en raison de la pandémie (+9%) – et une prévision de PIB 2021 abaissée de trois points en avril dernier à 5%.

Le besoin de financement du régime des retraites en 2021 devrait ainsi être réduit de 0,1 point de PIB en 2021, avec un redressement du solde également attendu les deux années suivantes. Insuffisamment toutefois pour que les comptes soient à l’équilibre d’ici à 2040 : à long terme, le solde serait compris entre +2,1% et -0,7% du PIB en 2070, considère le COR.

Commentaires
Epargne
Analyse0

Assurance vie : la crise profite aux unités de compte

Entre les rendements catas des fonds en euros et la remontada des indices, les UC des contrats d'assurance vie ont vu leur cote grandir avec la crise. Leur commercialisation agressive n'a pas échappé aux autorités financières.

Lire la suite