Réforme des retraites : quelles pistes pour trouver une alternative à l’âge pivot ?

Retraite Actu 0

Les experts du Cercle de l’Epargne pensent que la résolution de l’équation du retour à l’équilibre devrait aboutir à l’adoption d’un cocktail associant plusieurs solutions permettant aux parties prenantes de ne pas perdre totalement la face...

Reuters

C’est ce jeudi après-midi que débute la Conférence de financement de la réforme des retraites qui va réunir le gouvernement et les partenaires sociaux pour tenter de trouver une alternative à l’âge pivot ou âge d’équilibre de 64 ans, mesure qui a été temporairement retirée du projet de loi devant la contestation. L’enjeu de la conférence sur le financement est de trouver une mesure qui permette d'équilibrer financièrement le système des retraites en 2027. Un enjeu de taille puisque le besoin de financement est évalué à 12 milliards d’euros.

12 milliards à trouver

Les experts du Cercle de l’Epargne rappellent que l’équation à résoudre est difficile car plusieurs paramètres sont, dès le départ, bloqués. « Ainsi, cette conférence est censée se conclure sur une augmentation des cotisations ou sur une baisse des pensions. La tentation sera grande de jouer au bonneteau et de déporter le problème du financement », souligne le groupe de réflexion.

Quelles pistes de financement ?

Le Cercle de l’Epargne s’est penché sur les pistes possibles de financement qui pourraient être explorées durant ce débat qui doit durer 3 mois (jusqu’à fin avril). La date d’équilibre pourrait toit d’abord être décalée après 2027. Du côté de l’augmentation des cotisations, il est par exemple envisageable, comme le réclament certains syndicats, d’augmenter la cotisation de solidarité sans droits (actuellement fixée à 2,81%) pour les actifs gagnant plus de trois fois le plafond annuel (120.000 euros par an).

Peut-on toucher aux réserves ?

Les experts notent que le gouvernement pourrait être tenté de demander aux différentes caisses de retraite d’affecter à un fonds d’équilibre une partie de leurs réserves. Selon le rapport du Conseil d’Orientation des Retraites du mois de novembre 2019, la situation patrimoniale nette du système de retraite était de 127,4 milliards d’euros. Sur cette base, le Cercle de l’Epargne estime que ce fonds pourrait apporter d’ici 2027 au minimum 5 milliards d’euros de revenus annuels sans toucher au capital. « Évidemment, cela supposerait que les caisses acceptent de s’en délester, ce qui est peu probable », reconnaissent les experts.

Nouvelles taxes ?

La France étant bien connue pour être championne des prélèvements obligatoires, le groupe de réflexion admet qu’il est certainement imaginable de dégager quelques milliards d’euros pour le régime vieillesse via l’impôt ou de nouvelles taxes.

Quel cocktail ?

Des économies sur des prestations accessoires aux pensions, le versement d’une soulte par l’État ou une affectation d’une partie des ressources du régime d’indemnisation chômage (essentiellement de la CSG) au régime de retraite font partie des autres pistes évoquées par le Cercle de l’Epargne dont les experts pensent que la résolution de l’équation du retour à l’équilibre devrait aboutir à l’adoption d’un cocktail associant plusieurs solutions permettant aux parties prenantes de ne pas perdre totalement la face.

« Le concept d’âge d’équilibre, au cœur du projet de loi du Gouvernement, sera sans doute traduit sous une nouvelle forme pour être présent tout en étant moins visible. Par ailleurs, il est envisageable que le patronat accepte in fine une légère augmentation des cotisations dans le cadre du cocktail précité », conclut le Cercle de l’Epargne.

Commentaires (1)