Priorité à la sécurité et à la diversification des placements chez les professionnels de la gestion de patrimoine

Tendance Actu 0

En dépit des turbulences de marché actuelles, la confiance des conseillers en gestion de patrimoine reste solide, mais ces derniers doivent s'adapter aux inquiétudes de la clientèle vis-à-vis de leurs placements.

iStock

Une enquête menée par Kantar pour le compte de BNP Paribas Cardif sur le marché des conseillers en gestion de patrimoine (CGP) montre que ces derniers restent en majorité confiants pour leur activité malgré le contexte actuel. 78% des professionnels interrogés portent un regard optimiste sur leur avenir et la plupart (94%) jugent leur situation actuelle positive.

Des investissements reportés

Avec la baisse des marchés financiers et l’inflation, la recherche de solutions d’investissements adaptées à la hausse générale des prix et l’adaptation aux nouvelles réglementations constituent les principaux enjeux de la profession. Les CGP doivent en particulier répondre aux inquiétudes de leurs clients vis-à-vis de leurs placements alors que les deux tiers de la profession déclarent que leurs clients ont chercher à reporter certains investissements qu’ils envisageaient initialement de faire.

Diversification : produits structurés et supports de retraite

Sans surprise, les investisseurs privilégient davantage la sécurité que l’année dernière, et la réponse de leur CGP face à ces attentes passe avant tout par une plus forte diversification. D’après l’enquête de BNP Paribas Cardif, les CGP élargissent l’éventail de leurs portefeuilles en proposant plus de produits structurés (53%), de private equity (50%) et d’immobilier pierre-papier (48%). Enfin, en complément de l’assurance vie, les CGP souhaitent renforcer la présence de produits de prévoyance et de retraite (54% comptent proposer des supports de retraite et 39% de la prévoyance).

Une demande toujours croissante pour l’investissement responsable

La demande pour des produits responsable continue par ailleurs de monter en puissance, 72% des professionnels déclarant que leurs clients sont de plus en plus nombreux à vouloir donner du sens à leur épargne. Aujourd’hui, le caractère ISR d’un fonds est considéré comme important pour deux CGP sur trois. Pour autant, la profession estime manquer d’accompagnement de la part des établissements financiers dans la façon de promouvoir ces supports : 68% aimeraient que cet accompagnement soit renforcé.

Commentaires
Epargne
Analyse0

Le financement de l'immobilier professionnel entre en zone de turbulences

Après sa reprise post-Covid, le financement des actifs immobiliers devrait repartir à la baisse en 2022. La pandémie a redessiné les cartes du marché, qui doit par ailleurs faire face à une conjoncture dégradée et à la remontée des taux d'intérêt.

Lire la suite