Manipulation de cours : le collège de l'AMF requiert une amende record de 38M€ contre Amundi

Tendance Actu 0

L'organe de contrôle de l'Autorité des marchés financiers reproche au gestionnaire d'actifs d'avoir réalisé, via deux de ses salariés et un courtier, des opérations illégales sur les futures de l'Euro Stoxx 50.

Amundi

Si elle se confirme, c’est une condamnation qui pourrait faire grand bruit. Le collège de l’AMF, l’autorité de poursuite de l’Autorité des marchés financiers, a requis mercredi 8 juillet une amende record de 30 millions d’euros contre Amundi Asset Management, de 8 millions d’euros contre sa filiale Amundi Intermédiation, ainsi que de 5 millions d’euros contre le courtier Tullett Prebon, a fait savoir l’AFP.

Il demande aussi une interdiction d’exercice professionnel et des amendes de 10.000€ chacun à deux anciens salariés d’Amundi, ainsi qu’une amende de 30.000€ contre un ex-salarié de Tullett Prebon.

L’organe de contrôle accuse le premier gestionnaire d’actifs européen (1.755 Md€ à fin mars 2021) de manipulation de cours sur le marché des futures de l’Euro Stoxx 50 et de défaillances dans ses contrôles internes.

A la source de ces montants records, qui seraient les plus importants jamais appliqués par l’AMF si sa commission de sanction suit la requête du collège, d’abord une affaire de manipulation de cours donc, remontant à 2014-2015.

Euro Stoxx 50

L’autorité reproche à Amundi, deux de ses anciens salariés, et leur courtier Tullett Prebon et l’un de ses employés d’avoir passé, de façon répétée, des ordres massifs d’achat, puis de vente sur les futures du Stoxx 50 à un prix supérieur de deux ou trois ticks.

Vu leur volume atypique, et leur caractère répété, le collège de l’AMF a estimé que ces opérations ont entraîné une manipulation de cours de l’indice européen en vue de le faire grimper artificiellement.

Pertes et profits

Les profits issus du débouclage des positions des traders ont été ensuite affectés aux fonds d’Amundi Patrimoine. Les pertes, elle, étaient imputées aux fonds GRD, gérés pour le compte de Crédit Agricole Assurance, qui a perdu 39 millions d’euros.

Ces manipulations ont été réalisées sur 20 séances réparties lors d’une période d’un an et demi.

Défaillances de contrôle interne

L’AMF reproche également à Amundi AM et Intermédiation un certain nombre de défaillances dans leur dispositif de contrôle. Le gestionnaire n’aurait notamment pas fait de déclaration de soupçons de manipulation de cours alors même qu’Eurex, l’opérateur de marché à terme de l’Euro Stoxx 50, l’aurait alerté sur le volume suspect d’ordres passé par Tullett Prebon.

De son côté, Amundi reconnaît des irrégularités mais nie toute manipulation et assure avoir renforcé ses opérations de contrôle sur l’indice européen.

Une amende record ?

La décision de l’AMF est attendue d’ici à quelques semaines. L’amende la plus lourde jamais prononcée par le gendarme financier remonte à 2017 : Natixis AM avait été condamnée à 35 millions d’euros pour une affaire de commissions de rachats appliquées à des porteurs qui souhaitaient récupérer une partie de leurs liquidités avant l’échéance de fonds à formule.

Le montant de l’amende avait ensuite été réduit à 20 millions d’euros par une décision du Conseil d’Etat, qui l’avait considéré disproportionné par rapport à la gravité des manquements commis.

Commentaires (1)