L’ISR reste mal connu des épargnants

Tendance Actu 0

Deux sur trois n’en ont jamais entendu parler d’après une enquête qui met aussi en avant la faible promotion de l’ISR par les établissements financiers

Reuters

Au cours des dernières années, l’investissement socialement responsable (ISR) est devenu un thème d’investissement à part entière. Pour autant, le grand public a encore du mal à en cerner les contours. C’est ce que révèle une étude menée par Ipsos Mori pour Vigeo et le FIR (forum de l’investissement responsable).

Faible notoriété et faible promotion

Parmi les épargnants interrogés (personnes ayant au moins un produit financier), 66% ont déclaré ne jamais avoir entendu parler de l’ISR avant l’enquête. Une proportion à peine plus faible que celle constatée en 2015 (67%).

L’ISR est donc encore en mal de notoriété, y compris chez les détenteurs d’assurance-vie (58% ne le connaisse pas), d’épargne salariale (53%) ou d’actions cotées (48%).

Il faut dire que les intermédiaires financiers ne semblent pas en faire une promotion démesurée. Seuls 4% des sondés se sont vu proposer des supports ISR par leur établissement financier (la proportion est de 9% en matière d’épargne salariale).

Des critères susceptibles de séduire

Pourtant, les particuliers se montrent plutôt sensibles aux thèmes développés. La moitié des épargnants se disent favorables à l’intégration de critères environnementaux et sociaux dans les décisions de placement. 80% pensent même que les enjeux climatiques devraient faire partie des critères de décision des établissements financiers.

La solution passe donc par une meilleure information et pour leur apporter la connaissance nécessaire, les épargnants comptent d’abord sur leur conseiller financier (40%). Suivent les associations de consommateurs (16%) et les pouvoirs publics (15%).

Enfin, près d’un tiers des particuliers pourraient être incités à choisir un placement ISR bénéficiant d’un label. Les labels ISR et TEEC (transition énergétique et écologique pour le climat) lancés cette année arrivent donc à point nommé pour répondre aux interrogations des épargnants.

Commentaires