Les SCPI Sofidy incitent à rester optimistes pour 2021 !

Tendance Actu 0

Pas de baisse du prix des parts et des performances élevées pour Efimmo et Immorente.

Reuters

Sans aucun doute, l’immobilier et les SCPI continueront à être une valeur refuge cette année et les gérants de Sofidy (groupe Tikehau Capital) comptent bien saisir les opportunités que peut procurer l’environnement actuel pour étoffer leur patrimoine, dans les bureaux bien sûr mais aussi dans les commerces de proximité, un secteur qu’ils affectionnent historiquement. Ils surveillent aussi le secteur de la santé et de la logistique même si leur approche est plus prudente sur ces catégories d’actifs.

Performances élevées pour Efimmo et Immorente

2020 aura d’ailleurs permis de saisir des opportunités d’investissement avec des décotes intéressantes du prix au m² grâce à un pouvoir de négociation accru durant les phases aigües de la crise sanitaire, notamment pour des bureaux à Londres. De quoi compléter le patrimoine des deux SCPI phares de Sofidy : Efimmo (près de 90% de bureaux) et Immorente (sans doute la plus diversifiée du marché). Ces deux véhicules ont généré l’an dernier un rendement supérieur au marché (4,18% en moyenne selon l’ASPIM-IEIF) : 4,80% pour Efimmo et 4,42% pour Immorente.

Les deux SCPI ont bénéficié d’un excellent taux de recouvrement des loyers l’an dernier, 92% pour Immorente et près de 97% pour Efimo. Globalement, seuls 1% des loyers ont été annulé par Sofidy, le reste étant encore en négociation. La société de gestion souligne que les bureaux bien placés ont été très peu impactés et que les commerces de proximité, notamment dans l’alimentaire sont portés par des fondamentaux très puissants et durables : métropolisation, vieillissement population, moindre recours voiture…

Pas de baisse du prix des parts en 2021

Autre élément majeur, le taux d’occupation de ces deux SCPI est resté proche de 93%. « Le taux d’occupation est un indicateur avancé des valeurs d’expertises, quand vous avez des taux d’occupation élevés, c’est un facteur de soutien de la valeur du patrimoine », explique le DG Délégué de Sofidy, Jérôme Grumler. Et en l’occurrence, les valeurs d’expertise réalisées fin 2020 pour Efimmo et Immorente montrent des variations symboliques (-0,16% et -0,61%) qui n’impacteront pas le prix des parts en 2021.

Prime à la qualité

Pour Guillaume Arnaud, Président du Directoire de Sofidy, même s’il est encore « difficile de faire un bilan de la crise sanitaire car elle n’est pas finie », la conjoncture va rester favorable à l’immobilier dans le panorama des principaux produits d’épargne car les taux d’intérêt durablement en territoire négatif entraînent des flux financiers importants, avec pour conséquence un soutien à l’appréciation des actifs immobiliers détenus par les SCPI, bien que la prime à la qualité soit primordiale (les actifs bien situés et bien loués continuent à être fortement valorisés).

Diversification vers l’étranger

Cette année, la société de gestion devrait accélérer ses investissements face à une collecte qui est déjà bien repartie depuis le quatrième trimestre 2020. Sodify envisage d’orienter plus d’un tiers de ses investissements vers l’étranger (Italie et Espagne notamment) avec plus d’un quart d’actifs hors bureaux et commerces. 2021 verra aussi le lancement d’une nouvelle SCPI européenne permettant d’optimiser la fiscalité en bénéficiant d’impositions sur les revenus fonciers à taux fixe, contrairement à la France où l’imposition se fait au barème de l’impôt sur le revenu. Car la fiscalité élevée des revenus fonciers reste le principal reproche qu’on peut faire aux SCPI détenues en direct, l’achat à crédit ou la détention via un contrat d’assurance vie permettant quand même de l’alléger.

a savoir

La SCPI Efimmo de Sofidy est sans doute la plus mutualisée du marché, aucune autre ne détenant autant d’actifs de bureaux (930 actifs et plus de 580 locataires).

Commentaires
Epargne
Analyse0

La crise sanitaire, cure de jouvence de la bourse parisienne

Une nouvelle génération d'investisseurs est arrivée sur les marchés avec le krach boursier de mars 2020. Apanage des neo-brokers, cette jeune clientèle est davantage attirée par le risque et les produits financiers complexes.

Lire la suite