Les placements financiers des ménages pourraient approcher 90 milliards d’euros cette année

Tendance Actu 0

Pour 2021, le groupe bancaire BPCE s’attend à des arbitrages toujours guidés par l’attentisme, la recherche de sécurité et de disponibilité, au détriment du risque.

Reuters

Une récente étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) évaluait à 55 milliards d’euros l’épargne accumulée pendant les huit semaines de confinement à laquelle il faut ajouter 20 milliards pendant les deux phases de déconfinement (du 11 mai au 5 juillet), soit au total 75 milliards en l’espace de moins de 4 mois. Ces estimations résultent du constat que la diminution de la consommation excède toujours les pertes de revenus des ménages.

Le groupe bancaire BPCE s’est penché sur le détail de cette épargne forcée liée au confinement et estime à près de 39 milliards d’euros le surplus de placements financiers accumulés en mars-avril-mai 2020 par rapport à la même période en 2019.

Les dépôts à vue en forte hausse

La majeure partie de cette épargne supplémentaire serait constituée de dépôts à vue (+26,1 milliards) devant les livrets (+16,7 milliards dont 7,8 milliards pour le Livret A) et le numéraire (+4,5 milliards). Les placements boursiers en actions auraient augmenté de 4,6 milliards grâce à l’arrivée de 150.000 nouveaux investisseurs et l’assurance-vie a enregistré une décollecte de 12,9 milliards sur ces trois mois, essentiellement du fait de la diminution des souscriptions en raison des difficultés de déplacements. La souscription de produits d’assurance vie reste en effet majoritairement réalisée en direct avec un conseiller.

Taux d’épargne record

Eric Buffandeau, directeur adjoint des études du groupe BPCE souligne qu’il s’agit de taux d’épargne record : il devrait monter cette année à 22,2% du revenu disponible contre 14,9% en 2019. Eric Buffandeau observe « un retour à la normale progressif depuis le déconfinement mais avec une épargne de précaution restant à un niveau élevé et des placements massivement orientés vers la sécurité et la liquidité. »

De l’épargne forcée à l’épargne de précaution

Pour 2021, il s’attend à des arbitrages toujours guidés par l’attentisme, la recherche de sécurité et de disponibilité, au détriment du risque dans un contexte de taux d’intérêt toujours anormalement bas. Le taux d’épargne des Français diminuerait ainsi à 17,4%, un niveau encore nettement plus élevé qu’en 2019. L’épargne forcée de 2020 laisserait place à de l’épargne de précaution avec un peu moins de de dépôts à vue (36 milliards contre 55 milliards en 2020) et de placements sur les livrets, au profit de l’assurance-vie.

Au total, BPCE estime que les placements financiers des ménages passeraient de 75,3 milliards d’euros en 2019 à 89,4 milliards cette année puis à 65,6 milliards en 2021, l’assurance vie ne retrouvant pas l’an prochain son niveau de collecte nette de 2019.

Commentaires (3)
  • InvestChamp
    InvestChampposté le 11.08.2020 à 07:05

    Les placements financiers de "certains" ménages... seraient plus exact!
    Quand les pseudos journalistes feront enfin leur travail...

  • readycash
    readycashposté le 09.08.2020 à 16:53

    Monaco le quartier général des gilets jaunes ......

  • claudelouis
    claudelouisposté le 30.07.2020 à 19:49

    Le Clan de Macron "voudrait" faire croire que les Français "amasse" des richesses ayant trop de liquidités ...Alors que ceci est dû au fait que tous ceux qui peuvent "grappiller" quelques économies forcées par le fait des INCERTITUDES ressenties par ceux qui "disent" GERER le Pays ...