Les livrets, solution incontournable pour booster son épargne sans risques en 2023

Tendance Actu 0

Les changements du début d’année en ce qui concerne vos finances personnelles vont surtout concerner les livrets d’épargne réglementée.

BCE

Augmentation du taux du PEL

Les plans d’épargne logement (PEL) ouverts à partir du 1er janvier 2023 porteront un taux de rémunération de 2% brut, le double de la génération précédente qui était rémunérée à 1% (pour les PEL ouverts d’août 2016 à fin décembre 2022). Pour ces nouveaux PEL ouverts en 2023, le taux du prêt épargne logement va par contre augmenter à 3,2% par rapport à 2,2% pour la génération précédente. C’est après une phase d’épargne d’au moins 4 ans que le détenteur d’un PEL peut accéder à un crédit immobilier à un taux préférentiel, dont le montant est calculé en fonction des intérêts acquis (les droits à prêt).

Livret A et LDDS

Le taux de rémunération du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire (LDDS) va encore augmenter à partir du 1er février 2023. Le taux exact sera annoncé à la mi-janvier mais il est déjà possible de l’estimer assez précisément. D’après nos calculs, c’est un taux de 3,4% (contre 2% aujourd’hui) qui devrait être proposé par le gouverneur de la Banque de France en application de la formule de calcul dérivée de l’évolution de l’inflation et des taux interbancaires de la zone Euro.

Livret d’épargne populaire (LEP)

Le taux de rémunération du livret d’épargne populaire (LEP) est quant à lui déterminé pour couvrir l’inflation moyenne et reflètera donc l'évolution des prix du deuxième semestre 2022. Il a ainsi de grandes chances d’être porté à 6,2% le 1er février 2023.

Compte épargne logement (CEL)

Le compte épargne logement (CEL) va devenir plus avantageux car son taux de rémunération évolue avec celui du Livret A. Le taux du CEL correspond en effet à deux tiers de celui du Livret A, arrondi au quart de point le plus proche. D’après nos calculs, le taux CEL passerait ainsi à 2,25% brut le 1er février 2023, ce qui laisserait 1,575% net après imposition à 30% (impôt sur le revenu et prélèvements sociaux).

Dispositif IR-PME

Voilà un changement qui s’installe dans la durée et qui permettra encore des solutions efficaces de défiscalisation en 2023. La majoration à 25% (au lieu de 18%) du taux de réduction d’impôt sur le revenu (IR) du dispositif IR-PME va être prolongée d’une année supplémentaire, pour les versements effectués jusqu’au 31 décembre 2023. Cela concerne les investissements sous forme de souscription au capital de PME ou d’entreprises solidaires d’utilité sociale (ESUS) et de parts de fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) et fonds d’investissement de proximité (FIP).

Pour une souscription de 5.000 € dans un FIP, FCPI ou directement au capital d’une start-up éligible, le contribuable bénéficiera par exemple d’un crédit d’impôt de 25%, soit 1.250 € remboursé en juillet 2023.

Augmentation du PASS

Le plafond annuel de la sécurité sociale (PASS) va augmenter de 6,9% au 1er janvier 2023, à 43.992 € (3.666 € de plafond mensuel). Le PASS est utilisé pour le calcul du montant maximal de certaines prestations sociales comme les pensions d'invalidité, indemnités journalières pour maladie, accident du travail, maternité ou paternité.

Pour les épargnants, le PASS sert aussi de référence pour connaître le montant maximum des versements déductibles du revenu dans le cadre du plan d'épargne retraite (PER). Le plafond de déduction de l’impôt sur le revenu des sommes versées sur un PER individuel est en effet soumis à la condition suivante : 10% des revenus nets N-1, sous réserve de ne pas dépasser 10% de 8 fois le montant du PASS de l’année précédente. Pour les versements de 2023, ce plafond restera donc à 32.909 € mais il évoluera à 35.193 € pour les versements effectués en 2024.

Commentaires