L’épargne en assurance vie continue de progresser

Assurance-Vie Actu 0

Les cotisations des contrats d'assurance vie ont légèrement baissé en avril, mais restent à leur plus haut niveau depuis douze ans.

Reuters

En dépit d’une inflation galopante et des incertitudes économiques, l’épargne des Français placée sur les contrats d’assurance vie a continué de progresser au mois d’avril.

Sur cette période, 12,5 milliards d’euros ont été cotisés, en baisse de 1,8 milliard d’euros par rapport au mois de mars, et avec une répartition fonds euros/unités de compte inchangée depuis le début de l’année (61%/39%). En net, la collecte s’établit à +2,2 milliards d’euros, stable par rapport au mois précédent.

Depuis le début de l’année, l’assurance vie reste sur une trajectoire dynamique, un phénomène assez remarquable dans le contexte actuel, qui d’un côté, contraint le pouvoir d’achat des ménages, et de l’autre, les incite à la prudence et à renforcer leur épargne de précaution.

Une collecte nette de 10,5 Md€ depuis le début de l'année

Depuis janvier, les cotisations en assurance vie atteignent ainsi 53,7 milliards d’euros, ce qui correspond au niveau le plus élevé depuis 2010 sur la même période, rapporte France Assureurs.

La collecte nette est à +10,5 milliards d’euros, supérieure de 2,7 milliards d’euros à la même période l’année dernière, et à son plus haut niveau depuis 2011.

A noter que les Plans d’épargne retraite (PER) continuent de porter les cotisations en assurance vie, avec 108.000 nouveaux assurés et 588 millions d’euros cotisés en avril, en hausse de 47% par rapport à avril 2021.

Un niveau d'épargne ralenti ces prochains mois ?

Le reste de l'année pourrait être moins propice à ces placements, anticipe cependant Le Cercle de l'Epargne. « Avec la résurgence de l’inflation et un marché actions volatil, l’assurance vie est confrontée à un contexte moins porteur qui pourrait amener à une diminution de la collecte dans les prochains mois ».

D'autant que si le taux du Livret A passe à 2% cet été, l'épargne réglementée devrait concurrencer une part de la collecte en assurance vie dans la mesure où la rémunération de ces livrets défiscalisés dépasserait celle de la plupart des fonds en euros de l'assurance vie. Une première historique !

D’après le think tank, « cette tendance pourrait être contrariée par l’effet d’encaisse en vertu duquel les ménages souhaitent conserver constante la valeur réelle de leur épargne ». En d'autres termes, ils pourraient aussi préserver un haut niveau d'épargne pour compenser la perte de leur pouvoir d'achat.

Commentaires