L’environnement et les droits sociaux, thématiques favorites de l'épargne responsable

Tendance Actu 0

La pollution et les droits humains sont les premières préoccupations des Français en matière de placements responsables, montre la dernière enquête du Forum pour l'investissement responsable (FIR).

Reuters

La dernière enquête annuelle du Forum pour l’investissement responsable (FIR) réalisée par l’Ifop sur l’intérêt des Français en matière d’épargne responsable montre que les attentes des épargnants sur ces sujets demeurent fortes, en particulier concernant les preuves d’impact positif de leurs placements.

Conduite fin août auprès d’un panel représentatif de la population, l’étude relève que six Français sur dix déclarent accorder une place importante aux impacts environnementaux et sociaux dans leurs décisions de placement, un résultat « stable sur les dernières éditions du sondage » et qui confirme par ailleurs que l’importance est d’autant plus élevée que la personne sondée est jeune.

Dans la continuité des années précédentes, également, les sujets que les épargnants veulent voir pris en compte de façon prioritaire dans leur épargne sont sensiblement les mêmes, avec, toujours en tête, des préoccupations liées à l’environnement.

Cette année, ce sont d’abord les pollutions et les droits humains (76%) qui sont sollicités, juste devant le changement climatique et le bien-être au travail (74%), traductions probables des préoccupations liées à un été particulièrement chaud pour l’un, et à la crise du Covid pour l’autre. Viennent ensuite l’emploi (73%) et la biodiversité (67%).

Pour six Français sur dix, l’impact de leurs placements est neutre

Interrogés sur l’impact de leurs placements, 46% des répondants pensent que leur épargne a un impact réellement positif sur l’environnement et la société, mais dans leur majorité (61%), ils considèrent plutôt que cet impact est neutre, et attendent des preuves tangibles de cet impact.

Les résultats de cette enquête sur les attentes des épargnants relatives aux preuves des effets de leurs placements rejoignent ceux d’une autre étude réalisée au début de l’année par les sociétés de gestion CPR AM et Insight AM.

Cette dernière avait relevé que la notion "d’impact" était mal maîtrisée par les particuliers (plus de la moitié des personnes interrogées n’en avaient jamais entendu parler), alors qu’en parallèle, la demande « de disposer d’indicateurs de mesure d’impact environnemental de leurs placements et d’informations concrètes et précises sur la dimension responsable des fonds se présentant comme tel » était par ailleurs très forte de la part des épargnants.

Une offre encore peu proposée par les professionnels

Pour 67% des épargnants interrogés par le FIR, le conseiller bancaire reste l’intermédiaire le mieux placé pour les informer sur le sujet de l’investissement socialement responsable (ISR), loin devant les proches (8%), les ONG (7%), les pouvoirs publics et la presse (6%).

Et pourtant, seuls 8% de ces épargnants déclarent s’en être vu proposer, pointe l’enquête du FIR. La notoriété de ces produits reste faible puisque deux Français sur trois n’en ont jamais entendu parler, confirme-t-elle.

Commentaires
Epargne
Actu0

Octobre rouge pour l'assurance vie

Stagnante depuis plusieurs mois, la collecte nette des contrats d'assurance vie est ressortie négative en octobre. Les flux placés sur les fonds en euros ont continué de reculer.

Lire la suite