Le transport maritime à la voile attire les investisseurs

Alternatives Actu 0

Plus de 2.000 investisseurs ont souscrit des obligations convertibles en actions de la société bretonne TOWT qui portent un taux d’intérêt annuel particulièrement attractif : 7% sur 6 ans.

Piriou

La société bretonne de transport de marchandises à la voile Transoceanic Wind Transport (TOWT) vient de lever 4,5 millions d’euros auprès de particuliers via la plateforme d’investissements durables LITA.co. Plus de 2.000 investisseurs ont ainsi souscrit des obligations convertibles en actions qui portent un taux d’intérêt annuel particulièrement attractif : 7% sur 6 ans.

Les intérêts seront versés annuellement et le capital remboursé in fine en 2028 si tout se passe bien. La conversion en capital interviendrait uniquement en cas de défaut de remboursement des intérêts ou du capital. Une prime de non-conversion de 2% pourra s’ajouter à la rémunération offerte aux investisseurs.

Tout à la voile

TOWT semble avoir attiré les investisseurs particuliers pour l’originalité de son métier et ses objectifs très ambitieux de décarbonation du transport maritime, forcément dans l’air du temps. Le groupe dispose déjà d’un bel historique puisqu’il affrète depuis plus de 10 ans des vieux gréements sur des routes transatlantiques et européennes pour transporter des produits non périssables biologiques, naturels ou issus du commerce équitable (vins, bières, thés, chocolats, cafés…). Pour passer à la vitesse supérieure, TOWT a levé des fonds pour financer la construction de ses deux premiers voilier-cargo auprès des chantiers Piriou. Ils sont annoncés 3 fois plus rapides et dotés d'une capacité 30 fois plus importante qu'un vieux gréement.

Premier armateur à bénéficier du « suramortissement vert »

Le lancement de ces constructions neuves a été rendu possible grâce à la participation de 20 investisseurs en capital, dont le Crédit Agricole Normandie Seine. TOWT a également obtenu des financements de long terme d’institutions financières de premier ordre et est devenu le premier armateur à bénéficier du « suramortissement vert » permettant une déduction fiscale exceptionnelle calculée sur le coût de construction des navires.

L’équivalent de 100 conteneurs

La mise à l’eau du premier navire est espérée à la fin 2023 tandis que le second serait livré au printemps 2024. Avec ses 80 mètres de long, il pourra transporter jusqu’à 1.100 tonnes de marchandises, (soit près de 50 semi-remorques ou plus de 100 conteneurs) et se déplacer à une vitesse moyenne supérieure à 10 nœuds. De quoi relier par exemple Le Havre et New York en 13 jours ou le Brésil en 21 jours. Les vents étant, au large, abondants, fiables et prédictibles, l’objectif de décarbonation sur un trajet transatlantique est de plus de 90% par rapport aux solutions existantes grâce à une propulsion principalement vélique.

Les clients de TOWT sont d’ailleurs très sensibles à ses enjeux climatiques et ont déjà réservé leur place dans les cales de la future flotte. TOWT proposera même à quelques passagers d’embarquer sur les liaisons de leur choix à un prix qui devrait tourner autour de 200€ par jour.

a savoir

Parmi les avertissements figurant dans les documents financiers de la levée de fonds figure un passage sur le climat. A court terme, les études ne prévoient pas de réel changement concernant le courant des vents, mais l’attention est portée sur le fait que nul ne peut prédire avec certitude les effets du réchauffement climatique sur les vents océaniques à moyen terme…

Commentaires
Epargne
Analyse0

Le financement de l'immobilier professionnel entre en zone de turbulences

Après sa reprise post-Covid, le financement des actifs immobiliers devrait repartir à la baisse en 2022. La pandémie a redessiné les cartes du marché, qui doit par ailleurs faire face à une conjoncture dégradée et à la remontée des taux d'intérêt.

Lire la suite