Le rendement courant des SCPI reste supérieur à 4%

Tendance Actu 0

Le bilan semestriel de l'Association française des Sociétés de Placement Immobilier (ASPIM) montre une sévère baisse de la collecte des SCPI mais une bonne résistance de la performance globale...

Le bilan semestriel de l'Association française des Sociétés de Placement Immobilier (ASPIM) confirme sans surprise une sévère baisse de la collecte des SCPI au deuxième trimestre, en pleine crise sanitaire. L’état des lieux de la première moitié de l’année reste cependant favorable pour cette classe d’actif de plus en plus prisée par les épargnants.

Une collecte en baisse de 60% au deuxième trimestre

Les SCPI Immobilier d’entreprise et fiscales ont quand même collecté 3,43 milliards d’euros au premier semestre 2020, en baisse de 20% par rapport au premier semestre 2019. Après un premier trimestre en ligne avec la croissance observée en 2019 (+23%), la collecte nette des SCPI est tombée à 875 millions d’euros au deuxième trimestre, en baisse de 60% sur un an. Vu les circonstances et la période de confinement imposée jusqu’au 11 mai, ce solde positif témoigne quand même d’une certaine résistance, notamment grâce à la capacité des réseaux de distribution à dématérialiser les souscriptions.

Les gérants de SCPI sont d’ailleurs restés très actifs sur cette période crise sanitaire avec 3,5 milliards d’euros d’acquisitions sur les six premiers mois de l’année, un montant comparable à celui du premier semestre 2019. Les bureaux représentent toujours la majorité des acquisitions en valeur (57%), suivis par les commerces (19%), la logistique (8%), l’hôtellerie (6%) et la santé (4% en incluant les EHPAD, résidences seniors et centres de santé).

Un marché secondaire sollicité

Même si l’investissement dans les SCPI ne s’envisage que sur du long terme, les inquiétudes ou les besoins de liquidités de certains épargnants liés à la crise sanitaire ont impacté le marché secondaire où peut s’échanger les parts. Le montant des parts de SCPI échangées sur le marché secondaire s’établit ainsi à 575 millions d’euros au premier semestre 2020, en hausse de 22% sur un an. L’ASPIM constate cependant que le marché secondaire est resté fluide avec un taux de rotation rapporté à la capitalisation de 0,86% contre 0,82% au premier semestre 2019. Par ailleurs, l’ensemble des nouvelles demandes de retraits ont été compensées par des nouvelles souscriptions. Concernant la capitalisation des SCPI, elle a atteint près de 69 milliards d’euros au 30 juin 2020, en hausse de 14% sur un an.

Un rendement courant de 4,2%

Coté rendement, la performance reste au rendez-vous et confirme pour l’instant la bonne résistance des SCPI grâce à la diversification de leurs investissements qui permet de lisser le risque. Selon l’indice EDHEC IEIF Immobilier d’Entreprise France, la performance globale des SCPI d’entreprise au 30 juin 2020 s’établit à +5,3% sur une année glissante. Cette performance globale est constituée d’un rendement courant (ce qui correspond au taux de distribution des loyers) de +4,2%, en baisse de 0,2 point sur un trimestre, auquel il faut ajouter une revalorisation des parts de +1,2% (en baisse de 1,1 point sur un trimestre). A titre de comparaison, le rendement moyen des SCPI était de 4,4% en 2019 hors revalorisation des parts.

Des acomptes sur dividendes en baisse de seulement 10%

Cette érosion de la performance s'explique bien sûr par des mesures d’accompagnement des locataires les plus impactés par la crise sanitaire (report ou annulation de loyer accordés). En conséquence, l’intégralité des dividendes initialement prévus n’a pas été distribuée au premier semestre. En moyenne, l'ASPIM estime que les acomptes de dividendes versés sont en baisse contenue de 10% par rapport au premier semestre 2019 sachant que les gérants anticipent une amélioration des taux de recouvrement au second semestre. Attention quand même, derrière ces moyennes, certaines SCPI ont pu connaître des revers plus prononcés dans la perception des acomptes de dividendes...

a savoir

Plus corrélée aux marchés boursiers, la classe d’actif des OPCI (Organisme de Placement Collectif Immobilier) a davantage souffert sur la période compte tenu de son exposition aux foncières cotées. Selon l’indice IEIF OPCI Grand Public au 30 juin 2020, la performance globale s’établit à -2,6% depuis le 1er janvier et -0,2% sur un an.

Commentaires