Le regain d’intérêt des Français pour la Bourse se confirme

Tendance Actu 0

Les rangs des actionnaires continuent de s’étoffer d'après le dernier tableau de bord des investisseurs particuliers actifs publié par l’AMF.

Reuters

De janvier à mars, le nombre de nouveaux investisseurs, n’ayant jamais passé d’ordre de Bourse jusqu’ici ou inactifs depuis janvier 2018, s’est élevé à 70.000. C’est ce qui ressort du dernier tableau de bord des investisseurs particuliers actifs publié par l’AMF. L’an dernier 410.000 nouveaux actionnaires avaient trouvé le chemin de la Bourse.

Globalement, de début janvier à la fin mars 2021, quelque 772.000 particuliers ont acheté ou vendu des actions, un nombre en hausse par rapport au quatrième trimestre 2020, et se situant au plus haut niveau depuis un an, indique l’Autorité des Marchés financiers (AMF) dans son baromètre trimestriel sur l’actionnariat individuel.

« Le premier trimestre 2020 avait connu une forte activité et un afflux d’investisseurs particuliers pendant les turbulences sur les marchés, sans dépasser le pic atteint à l’automne 2019 au moment de l’introduction de la Française des Jeux (FDJ), qui avait rencontré un franc succès auprès des investisseurs de détail », rappelle le régulateur.

Le nombre de nouveaux investisseurs, n’ayant jamais passé d’ordre de Bourse jusqu’ici ou inactifs depuis janvier 2018, s’est élevé à 70.000, en progression par rapport aux deux trimestres précédents.

Plus de 18 millions de transactions

Le nombre de transactions réalisées par des particuliers en France sur des actions admises aux négociations en Europe a atteint un niveau record au premier trimestre, à 18,2 millions, dans le prolongement des volumes élevés constatés en 2020. Plus de 60 millions de transactions enregistrées sur l’année, contre 25 millions les années précédentes. « Nous ne pouvons que nous réjouir de cette évolution qui permet de créer un lien plus direct entre les Français et le développement de nos entreprises, ainsi que de mobiliser nos forces vives pour contribuer au renforcement de leurs fonds propres » s’est félicité Robert Ophèle, le président de l’AMF cité dans un communiqué.

Lors de la présentation du bilan annuel de l’institution, il s’était félicité de cette dynamique tout en mettant en garde contre les prises de risques excessives. « Attention à ne pas céder à la magie du zéro commission qui est une illusion », avait-t-il alors indiqué. Les nouveaux investisseurs sont plus jeunes et plus actifs. L’AMF entend les accompagner au mieux et n’hésite pas à alerter sur les arnaques aux placements qui se sont multipliées l’an dernier dans un contexte de crise.

Plus d’acheteurs que de vendeurs

Le nombre d’investisseurs particuliers acheteurs d’actions est redevenu légèrement supérieur au nombre de vendeurs d’actions ce trimestre. Le tableau de bord de l’AMF s’appuie sur les données de transactions détaillées fournies par les établissements financiers français et les succursales en France d’établissements de l’Union européenne, depuis l’entrée en vigueur de la directive européenne sur les marchés d’instruments financiers MIF2 en janvier 2018. Les prestataires de services d’investissement doivent notamment indiquer la date de naissance de la personne ayant passé un ordre sur un instrument financier, le montant et le « sens » de l’ordre (achat ou vente) ainsi que le type d’instrument financier traité.

Commentaires
Epargne
Fiche Pratique0

La fiscalité du compte-titres ordinaire

Privilégié des adeptes de la bourse, le compte-titres ordinaire (CTO) donne accès à une large palette de produits financiers, beaucoup plus étoffée que celles du PEA et de l’assurance vie. Avec une contrepartie fiscale à ne pas négliger...

Lire la suite