Le livret A aussi profite d'un été indien

Livrets Actu 0

Les ménages ont continué d'alimenter fortement leurs livrets A et de développement durable au mois de septembre, une période normalement peu propice à ces placements...

Reuters

La fin des vacances, l’inflation et les dépenses de la rentrée n’ont pas eu raison du livret A en septembre. Période traditionnellement peu propice à l’épargne réglementée, le mois dernier a fait figure d’exception : après avoir explosé en août à 4,49 milliards d’euros, la collecte sur les livrets A est restée très élevée à 2,67 milliards d’euros alors qu’elle n’avait atteinte que 240 millions en septembre 2021.

Celle sur les livrets de développement durable et solidaires (LDDS) a également été de bonne tenue, avec 470 millions d’euros supplémentaires placés par les Français sur ces supports.

Plus de 30 milliards placés sur l'épargne réglementée depuis janvier

Au total, la collecte du Livret A et du LDDS en septembre 2022 atteint ainsi 3,14 milliards d’euros. Sur les neuf premiers mois de l’année, elle s’élève en cumulé à +30,60 milliards d’euros, et porte l’encours total sur les deux produits au-dessus des 500 milliards d’euros (500,3 Md€).

A la source de cette épargne élevée : la rémunération de ces livrets, passée en août à 2% alors que celle-ci était encore limitée à 0,5% en janvier.

Doublé à deux reprises, en février, puis en août, le taux de l’épargne réglementée – qui est gratuite, défiscalisée et très liquide – a rendu ces placements compétitifs en comparaison à d’autres supports d’épargne, en particulier les fonds en euros de l’assurance vie, qui devraient servir des rendements inférieurs cette année, en raison de leurs frais et de leur fiscalité.

Un effet taux de trois ou quatre mois

« Traditionnellement, l’augmentation du taux du Livret A dope la collecte durant trois ou quatre mois », explique Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’Epargne, pour qui les mesures de soutien du pouvoir d’achat du gouvernement ont aussi permis de maintenir un taux d’épargne élevé en septembre en dépit de l’inflation : « Chèques de rentrée scolaire, ristourne carburants, revalorisation des pensions de retraite, suppression de la taxe d’habitation et de la redevance audiovisuelle etc. […] ont pu amener [les ménages] à pouvoir placer un peu plus d’argent qu’auparavant », décrypte-t-il.

Avec l’allègement des aides (carburant, bouclier tarifaire sur l’énergie…), la poursuite de l’inflation et les fêtes de fin d’année, le niveau d’argent placé sur ces livrets devrait certainement baisser les trois prochains mois. Mais avec un taux qui devrait à nouveau augmenter en février 2023, ces placements devraient regagner rapidement de l’attractivité.

Commentaires
Epargne
Actu0

Octobre rouge pour l'assurance vie

Stagnante depuis plusieurs mois, la collecte nette des contrats d'assurance vie est ressortie négative en octobre. Les flux placés sur les fonds en euros ont continué de reculer.

Lire la suite