Le déblocage exceptionnel de l’épargne salariale a été peu utilisé

Tendance Actu 0

Chez Epsor, un petit gestionnaire en épargne salariale et retraite, seuls 5% des épargnants éligibles à cette mesure exceptionnelle ont effectués une demande.

Creative Commons / Ken Teegardin

Le déblocage exceptionnel de l’épargne salariale, qui était possible jusqu’au 31 décembre dernier dans la limite d’un plafond global de 10.000 € (net de prélèvements sociaux) sans être soumis à l'impôt sur le revenu, n’aura rencontré guère de succès. Initiative de la loi pouvoir d’achat de l’été 2022 afin d’aider certains ménages face à l’inflation, ce déblocage exceptionnel était conditionné à l’utilisation des fonds pour financer l'achat de biens de consommation ou la fourniture de prestations de services.

A peine 5% des épargnants éligibles chez Epsor

Chez Epsor, un petit gestionnaire en épargne salariale et retraite, seuls 5% des épargnants éligibles à cette mesure exceptionnelle ont effectués une demande. Le volume d’épargnants ayant des sommes éligibles à ce déblocage exceptionnel représentait par ailleurs 39% du total. Seules les sommes attribuées avant le 1er janvier 2022 étaient en effet concernées et les plans d’épargne retraite collectifs (Perco) et les fonds investis dans les entreprises solidaires étaient exclus.

Ces salariés ont retiré en moyenne 5.545 €, un montant un peu plus élevé que les chiffres de la profession pour le déblocage exceptionnel de 2013. Selon l’Association française de la gestion financière, le montant moyen retiré à l’époque était en effet de 4.400 €, dans un contexte toutefois beaucoup moins inflationniste.

Quelle utilisation des fonds ?

Epsor a recueilli quelques témoignages sur l’utilisation des sommes débloquées : installation d’une pompe à chaleur, achat de meubles, d’un nouvel ordinateur, d’une cuisine et d’électroménager, d’une voiture électrique ou de cadeaux de Noël. Plusieurs épargnants répondent également payer des factures qui ont augmenté avec l’inflation ou régler des achats alimentaires et de première nécessité.

Mauvaise cible et configuration des marchés peu favorable

« Avec une inflation record, on aurait pu s’attendre à une hausse massive des retraits, mais cela n’a pas été le cas. Les personnes à faible pouvoir d’achat, qui étaient visées prioritairement par la mesure, ont tendance à percevoir leurs primes plutôt qu’à les placer sur leur Plan d’épargne entreprise. A l'inverse, ceux qui décident de placer sur leur PEE sont des catégories de salariés qui ont une plus grande capacité d’épargne, et n’ont donc pas forcément eu besoin de débloquer les sommes », explique Epsor.

Epsor rappelle aussi que la configuration baissière des marchés financiers en 2022 peut expliquer que certains épargnants ont souhaité laisser leur épargne investie plutôt que de la débloquer dans un contexte qui leur aurait été défavorable.

Commentaires